POEME DE LYDIA POUR DAMIEN

 

 

Mon cœur, tu veilles sur moi,

Définitivement, je sais que tu seras là     .

 

En cela, je crois.

 

Je t’ai entrevu cette nuit,

Comme presque toutes les nuits,

J’étais dans mes pensées,

Essayant de rejoindre les tiennes,

Ta Nounou, tant désirée, tant aimée,

Toujours près de moi.

 

Dans ses regards, il y tout ce que tu étais.

La tendresse, la canaille, la fripouille, le bonheur.

 

Tu étais, es et restera toujours près de moi.

Sous quelque forme, à quelqu’âge que ce soit.

 

Souvent, dans mes rêves,

Un enfant est là, il ne peut être que toi.

Il se blottit dans mes bras.

C’est fou, mais il est vraiment là,

Il ne veut jamais me quitter.

 

Le matin, je n’ai pas envie de me réveiller,

Je n’ai pas envie de me lever.

 

Il est tellement bon de te regarder longuement, tendrement,

Dans ces rêves, qui même fussent ils utopistes,

Te sentir près de moi.

Quelle que soit le visage que je vois,

Quelle que soit l’âge que tu aies,

Quelles que soient ces images qui se présentent,

Elles sont là !!

 

Je sais que tu sais, sans devoir de le dire,

Que plus que quoi que ce soit d’autre,

Je conserverai ton merveilleux sourire,

Qui a lui seul, m’aide à continuer à vivre.

 

Je ne devrais plus te faire confiance,

Puisque malgré, t’ayant dis si souvent :

Sans toi, je ne pourrais pas vivre.

Un soir, tu m’as quand même quittée.

 

Mais tu aimais trop la vie,

Ce n’est pas de ta faute si ce fou t’a tué.

 

Et même, lors de mes pires souffrances,

Je sais que tu m’aimais autant que je t’aimais.

 

Et c’est grâce à tout cet amour que tu m’a donné,

Que je réussis à être ce que je suis aujourd’hui.

 

Je sais que grâce à toi,

Je suis restée ce que j’ai essayé de t’apprendre à être.

 

Je sais qu’au fond de toi,

Maman a toujours été pour toi : ta foi !

Quoiqu’il advienne demain,

Sera un autre jour, c’est certain.

 

Sans amour, nous ne sommes rien.

 

Merci Damien

 

Mamouny.

 


 

 

rETOUR AU SOMMAIRE

retour à la page d'accueil