EN SOUVENIR DE MIGUEL

Miguel, victime innocente d'un chauffard ivre le 25 décembre 2004

Oui, la souffrance à la perte d'un enfant est énorme et la douleur est très profonde. La consolation est difficile, nous sommes inconsolables. Dans la plupart des cas, notre entourage ne comprend pas très bien ce sentiment " inconsolable. " Il faut vivre la mort de notre enfant dans la douleur de notre chair pour comprendre. C'est pourquoi nous les parents qui avons perdu notre enfant nous nous comprenons si bien.

La mort d'un enfant, c'est la mort impossible, inacceptable. " Il n'est plus " sont des mots qu'on ne prononce pas et qui à nos yeux, ne pourraient exprimer qu'un mensonge. Cela, je pense que tous les parents frappés du même coup l'ont ressenti, mais pour l'immense majorité, c'est le souvenir qui aide à la résurrection : les morts sont de ce monde aussi longtemps qu'on les garde dans notre mémoire.

Un enfant perdu qui vit dans notre pensée quotidienne, et là seulement, c'est un peu comme si de nouveau, nous le portions en nous, mais cette fois pour ne jamais le mettre au monde. Il devient notre fantôme intérieur.

Personne ne survivrait à la disparition d'un être cher, un enfant surtout, si au fond de l'âme ne surgissait l'intuition très souvent fulgurante, que nous ne sommes pas totalement séparés. Sans l'assurance d'une "ré-union possible," l'arrachement serait intolérable.

Nous avons aussi l'intuition que notre enfant nous guide et dans notre douleur nous évoluons, notre vie change, nous sommes plus réceptifs à la douleur des autres et moins attachés à ce qui est matériel, car nous comprenons mieux que tout ça ne sont que des futilités que nous laisserons en partant les rejoindre. La question du sens de la vie s'impose et demande une réflexion : Qu'est-ce que la vie ?

Il n'y a ni folie ni bêtise à croire à une autre Vie... où vont ceux qui nous quittent et où nous les retrouverons.

Si la mort était quelque chose d'absolu, la vie n'existerait pas.

 

Nous t'aimons infiniment et tu nous manques encore plus

Tes parents

HISTOIRE D UN CRIME  : Cliquez ici

Pour adresser un message de réconfort aux parents de Miguel

Nathalie, Mohamed

C'est avec beaucoup d'émotion que j'ai réalisé cette page en hommage et souvenir de votre fils.

Je voudrais trouver des mots juste pour vous réconforter, je ne les trouve pas, car aucune parole ne pourra vous rendre le trésor qu'on vous a volé. Je voulais que vous sachiez que Miguel est dans mon coeur, tout comme mon fils et tous ces jeunes partis tellement trop tôt. La fête de Noël pour nous n'existe plus,mais pour vous, cela est encore plus pénible.

On sera à vos côtés le 25 à la veillée.

Recevez par ce message, tout le réconfort qu'il est possible.

Cécile et Jean-Pierre - parents de Frédéric (Belgique)

Et oui Noël pour nous n'est plus qu'un jour encore plus douloureux.

Fête des enfants ou des assassins de la route se permettent de nous les retirer!!!!

Que dire? Malheureusement l'actualité nous apprend tous les jours de nouveaux drames!

Vivre sans nos enfants Quelle épreuve! et pourquoi?

4 ans que notre Quentin n'est plus là je n'ai toujours pas la réponse. Mais un jour on se reverra, je veux y croire.

Je vous embrasse et pense fort a vous et a votre Ange.

Didier, Denise parents de Quentin (France)

Chers parents,

Je suis la maman de Grégory FORAIN,décédé le 29 novembre 2000  nous venions de fêter ses 18 ans, et nous l'avons enterré le jour de mon anniversaire.( on lui a coupé la route alors qu'il rentrait à la maison sur sa moto, cet homme de 8O ans l'a laissé sur la route avec les véhicules et il s'est enfermé dans sa maison avec sa femme, un procès trop longtemps entendu, un assasin sans remords et une sanction insultante pour nous parents). Grégory était aussi mon fils unique. Nous sommes des parents qui se battent, victime d'une justice impuissante, nous sommes violés dans nos corps et notre esprit par des personnes qui, en toute logique, devraient nous protéger, nous aider, nous soutenir... La mort ça paie moins que.... La mort de nos enfants est business pour certains, des statistiques pour nos politiciens. Nous n'attendons rien d'eux qui ne savent que faire de leurs pouvoirs. Nous, nous sommes en demande de justice. Ils apprécient les cérémonials superficiels de notre civilisation. Nous nous avons nos cérémonies funéraires, nos commémorations et lors de ces moments, ils nous semble pour un court moment que le monde est réellement civilisé. Je suis certaine qu'un jour je le reverrai quand je ferai le même chemin que lui, car je crois en l'au-delà, il est mon ange et les anges se parlent sans parole, comme les yeux aux yeux. Votre enfant est lui-même devenu un bel ange et il vous accompagne tous les jours.

Je serai présente à votre veillée du 25 décembre. Je vous embrasse.

Patricia BODART- maman de Gregory (Spy)Belgique

Chère Nathalie, Cher Mohammed,

 

Je tiens à m'associer à vous et partager votre douleur en cette affreuse période de Noël : car, pour vous, ces moments de fête ne signifient plus grand chose, au contraire. Elles sont plutôt synonymes de chagrin, de tristesse. Et j'imagine aisément que cette tristesse s'est vite transformée en rage quand on sait que Miguel est mort sur la route par la faute d'un policier ivre. Celui-ci ne sera jamais assez puni en regard de son comportement assassin et ce n'est pas la Justice qui me démentira : il n'existe pas de sanction suffisante pour ce genre d'individu. C'est en ces termes qu'il faut continuer notre combat pour faire taire définitivement tous ces délinquants de l'asphalte. Croyez-moi : nous le poursuivrons sans relâcher notre attention, notre conviction et notre détermination.

Je pense à vous et je serai à vos côtés dimanche 25 pour vous dire, avec d'autres, que vous ne restez pas seuls, même si je comprends parfaitement que vous soyez, quelque part, inconsolables.

 

Albert GILLIQUET (Belgique)

Vice-président du GAR

Arrivera-t-il un jour que "Liberté , Egalité, Fraternité" ne soit pas seulement une jolie inscrite au fronton de nos édifices publics, mais soit une réalité pour chaque citoyen ?

 

Certaines choses ont changé radicalement depuis assassinats nos enfants ! Aujourd'hui, la joie ne règne plus sur les foyers toucher par le spectre d'évènement désastreux, mais remplacer par la rage, la douleur et la haine qui continuent d'exister fidèlement jusqu à la mort…..

 

On ne peut pas attendre beaucoup de ces gens . Il relève que cela dépende de la mentalité de la population plus sauvage que civilisé. C’est que l’on voit qu’il s’agit d’être humain à l’age mental d’enfant ! Dont totalement dépourvu de conscience,  donc irresponsable et pour la justice un esprit malade "débile mental" comme assassin de Véronique ou un alcoolique comme assassin de Miguel ou Frédéric et autres, n’est pas condamnable !

 

Ce qui est plus outragent pour les victimes pas d'excuse ni regret !!!

Dans ce cas , si on regard d’une façon plus objective , ce fléau qui s’abatte sur la famille , la souffrance morale comme une chape de plomb qui nous écrase littéralement devienne pathologiquement inexpressive , et c’est un terreau favorable pour cultiver le désarroi et la force de rage inébranlable, qu’on voulait décrocher la lune, pour le venger , sans y pensé aux moyens dont on disposait pour l’atteindre , car cela est insupportable à vivre !

 

On est en pleine interrogation sur le sens profond de la vie, on se demande chaque jour où vais-je? Est ce qu'il existe un Dieu? Où est-il ? Pourquoi ?…La question il y en a, la réponse qui nous manque….

Renfermer sur soi-même serait la pire solution qui nous conduira à une décision… Alors parlons-en ! Les mots.. C'est tout ce qu'il nous reste.. C'est une soupape , d'une sorte de défoulement de pouvoir dire ce qu’on a sur le cœur pour ne pas d'exploser ou passer à l'acte irréversible….

 

Je suis de tout cœur Maman désenfantée avec vous.

Une pensée affectueuse pour Miguel

 

Lili la Maman d'Atta tué par une meurtrière impunie

France


Chers Parents de Miguel

 

je suis de tout coeur avec vous et penserai à Miguel et à vous encore plus ce 25 décembre

quand cessera l'hécacombe des jeunes sur la route par l'inconscience de certaines personnes

 il faut savoir j'en pleure

 je vous serre contre mon coeur de maman désenfantée

 Janine maman de David


 

Demain nous penserons à vous et à Miguel.

Nos enfants restent toujours vivants dans nos cœurs. Nous devons continuer à parler d’eux . 

 Les parents de Pierre (Belgique)



 

Cher Nathalie, cher Mohamed, cher Miguel
 
Le 25 décembre 2004 restera gravé à jamais dans vos mémoires
Un assassin de la route a pris la vie de Miguel à l'aube de ses 15 ans
De surcroît, un policier en état d'ivresse alcoolique
De qui doit venir l'exemple?
Nous nous souvenons de ce drame
Comme si cela s'était déroulé hier
C'est votre premier Noël sans lui
Vous avez fait le tour des quatre saisons
Et pourtant votre douleur ne s'estompe pas
Au contraire, elle ira grandissante au fil des années
Nous sommes bien placés pour le savoir
Seuls les magistrats ne le savent pas
Ils rendent leur verdict sans se soucier de la souffrance des parents
Justice ne sera jamais rendue
Car c'est la présence de Miguel qui importe
Un seul mot s'impose à vous: "courage!"
 
Arnaldo et Rose-Mary, parents de Christophe (Belgique)


 


 

 

retour au sommaire

Retour à la page d'accueil

Commentaires !

Hit-Parade