EN SOUVENIR DE CHRISTOPHE D'AMARIO

Commentaires !

   

EN SOUVENIR DE

Christophe D’AMARIO

Agent Brigadier au PAB

14/01/01----- 14/01/04

 

Double cauchemard, double combat

 

Plus le temps passe, plus tu nous manques

Nous allons de mal en pis. Et tu en connais la raison

Nous étions loin de nous douter qu’il existe

Quelque chose de pire que la mort : « c’est la trahison »

Certains ne se sont jamais imaginés, à tort

Que nous allions nous battre pour ta mémoire, ta réputation

Nous avons le mal de vivre. Nous t’aimons très fort

L’unique but qu’il nous reste est le dossier en instruction

 

Maman, Papa, tous ceux qui nous sont proches

Et les associations GAR, RED, NDSR, PEVR.

Message souvenir pour le 14/01/04: 

Les jours heureux

  

 

Message à Christophe de ses parents

 

Pourquoi nous as-tu quitté par un grand froid d’hiver

Alors que le vingt et unième siècle venait de t’ouvrir la porte

Pourquoi toi, qui étais si heureux de vivre avec tes parents

Tu étais en admiration pour nous comme nous l’étions pour toi

Ce n’était pas le moment propice pour t’en aller

Tu n’avais que vingt-huit ans et la vie devant toi

Mais le quatorze janvier 2001, il s’est passé quelque chose

Que jamais nous n’aurions pu imaginé, que jamais nous n’aurions crus

Ils sont venus nous annoncer ton décès en dix secondes à peine

Nous nous sommes effondrés, le sol s’est dérobé sous nos pieds

Nous avons ressenti « comme si quelque chose sortait de notre corps »

Sans doute t’as t-on accompagné, de l’autre côté du chemin

Comment allons nous vivre sans toi le reste de notre vie

Ne plus voir ton sourire, tes moqueries, tes grimaces

Ne plus te serrer dans nos bras, ne plus te sentir, ne plus te voir

Tu ne nous donneras pas de petit-fils, ou petite-fille

Nous avons supprimé toutes les fêtes sur le calendrier

La vie n’a plus de sens pour nous, à cause de ce camionneur fou

Mais, il n’est pas le seul à t’avoir ôté la vie

 Nombreux sont les responsables directs et indirects, de ta mort

Nombreux sont ceux qui t’ont déshonoré et salis

 Nombreux sont ceux qui ont trichés alors que tu gisais

Coincé et décédé dans l’épave de la voiture de la police

Tu n’étais pas encore refroidi, qu’ils t’avaient déjà trahi

Mais il faut que tu saches que nous avons veillé au grain

Et nous ferons tout pour que justice soit faite

Avec l’aide de Fourmi, Beb, Pascal, les autres amis et notre avocat

Tu n’as pas mérité de partir de cette manière-là

Voilà trois ans que perdure notre souffrance

Bientôt, ce sera au tour des autres de souffrir : « les lâches »

Nous atteindrons notre but, quitte même à y laisser la vie

La force de vivre, c’est toi qui nous la donne

Le combat que nous menons, c’est toi qui le mènes

Nous t’aimons, Christophe bien-aimé et adoré

Dors en paix désormais, nous veillons sur toi

Tu es et tu resteras notre fils unique « des bois jolis »

Maman et Papa qui te pleurent sans cesse

 

Arnold, Rose-Mary, mais surtout chers amis,

Quelle tristesse de faire connaissance dans de si dramatiques circonstances. Je connais votre drame et je puis vous assurer que je serais, ainsi que Jean-Pierre, à vos côtés jusque bout. Toutes ces injustices seront dénoncées, nous ne pouvons permettre que l'on salisse ainsi la mémoire de nos enfants, la chair de notre chair. Nous serons toujours là pour vous.

Nous nous permettons de vous adresser ce petit poème, c'est la toute première fois qu'il sera sur le web, car il s'agit d'un texte écrit par notre fils Frédéric. C'est dans son souvenir et avec tout notre coeur que nous vous en faisons cadeau.

DE L'AUTRE COTE DU MIROIR

Qu'est-ce qu'il m'arrive ?

Je ne te vois plus

Qu'est-ce qui se passe ?

Je ne t'entends plus

Je ne sens plus ton parfum

A l'aide !

Je suis perdu

J'erre dans les limbes

Et les ténébres sont mon tombeau

Je cherche en vain,

Je cherche ta main

De ne pas pouvoir te voir

Est pour moi pire que la mort

Je suis de l'autre côté du miroir

Et je crie, je frappe

Tu es de l'autre côté

Tu regardes ce miroir et tu souris

Ne voyant pas que je suis là

Et je crie, et je frappe

Je voudrais que le miroir casse*Pour que rien q'une minute

Je puisse être dans tes bras.

F. Jacob

Cécile et Jean-Pierre Jacob (Les parents de Frédéric)

Rose Mary et Arnold,

Comment rester insensible en écoutant Adagio d'Albinoni, musique qui avait été donnée à l'occasion des funérailles de DOMINIQUE....

Comment rester insensible en lisant la lettre d'Amour dédiée à Christophe.....l'hommage que vous avez rendu à votre fils est aussi noble et beau que votre combat. Il aura fallut ces tragédies pour que nous découvrions que ces ripoux se servent des accidents de la route pour sauver ce  qu'il appellent leur âme , car toute ressemblance avec des êtres humains ne seraient que fortuite.

Car le but final de cette MAFIA de la route est bien l'ARGENT :

Mentir pour s'en sortir, mentir pour fuir, mentir  pour punir

voila leur devise : celle des lâches , ils sont des effaceurs

Comment rendre hommage à nos enfants, alors que nos coeurs sont remplis de haine

Comment pouvoir pardonner à ces effaceurs, responsables de ce qu'ils sont devenus des lâches...

Pardonnez moi Rose Mary et Arnold  mais ma colère et ma tristesse restent aussi vive en lisant cet émouvant hommage.

Je vous embrasse

Geneviève La maman de Domi (France)

P.S maintenant je sais qu'ils sont encore avec nous .....

Madame, monsieur
 
Je suis certain que votre fils faisait son métier avec passion comme beaucoup de ses collègues, encore une fois, un tueur de la route a sévit. Garder espoir, nous aussi nous combattons cette catégorie de meurtriers, la vérité verra jour.
 
Marc D'Helt
Inspecteur de police zone Bruxelles-Ixelles
Président de l'European Police association Belgique

Chère Rose-Mary, Cher Arnold,
 
Il y a bientôt 3 ans que Christophe est parti,, vous laissant là, seuls avec votre immense peine. Quoiqu'on en dise, quoiqu'on en pense, cette peine vous est propre : nous pouvons la comprendre, essayer de la partager, mais jamais nous ne pourrons la ressentir aussi profondément que vous deux. Dans votre chagrin, est apparu un mince rayon de lumière : nous ne voulons pas que vous restiez seuls, seuls à affronter cette détresse,  et nous sommes - amis, proches, ... - à vos côtés pour tenter, non seulement de vous aider dans des instants plus difficiles que d'autres, mais aussi, apporter dans votre vie un peu de réconfort, d'espoir et, pourquoi pas ?, de sourire.
Nous avons lu l'hommage que vous rendez à Christophe : ce fut un moment fort de notre journée, poignant et criant de vérité, de cette vérité qui n'est peut-être pas toujours bonne à dire, encore moins à entendre; mais vous avez mille fois raison sur tous les points et personne n'osera venir prétendre que vos propos sont parfois injustes envers certains : la réalité est qu'ils peuvent déranger mais ces gens (suivez nos regards !)  ne reconnaîtront jamais que vous détenez les clés de ce "malheureux concours de circonstances" ... Les mots et les formules toutes faites font oublier la réalité mais vous connaissant bien, nous sommes certains que le combat que vous menez en faveur de LA Justice - dans ce drame tout au moins- est probablement le plus bel hommage que vous puissiez rendre à Christophe. Et que cette vérité pète à la gueule de tous ceux qui se défilent honteusement pour fuir leurs responsabilités.
 
Nous sommes de tout cœur avec vous,
 
Beb et Do

Chers Rose-Marie et Arnold,
 
Je ne sais plus écrire grand chose moi-même, mais je vous envoye un texte que j'aime beaucoup et qui est toujours dans mon dossier du "Fonds Damien".
 
"Tu peux partir ...
Tu resteras toujours présent dans ma vie,
avec tout ce que tu m'as donné, enseigné, témoigné ...
L'avenir a le pouvoir de nous éloigner physiquement,
mais il n'a pas la force de me priver de ce que j'ai reçu de toi.
Peut-être m'obligera-t-il à t'apprivoiser
dans une nouvelle présence,
mais jamais il ne m'interdira de me réjouir
de ce que je conserve de nous.
Rien, non rien ne peut altérer ce que nous avons vécu de beau ensemble.
Les relations sont comme des rêves :
elles meurent seulement le jour où on les abandonne.
Tu es parti, mais tu habites ce que je suis devenue ...
Et je garde au fond de mon coeur
l'espérance de tes bras dans notre ultime rencontre".
 
Il va y avoir cinq ans que mon petit poussin (d' 1 m 86) est parti.  La douleur physique est peut-être un peu moins forte mais le manque est de plus en plus grand.
 
Je peux donc vous comprendre.
 
Soyez courageux pour votre fils, soutenez-vous, vous avez la chance d'être encore "à deux".
 
Je vous embrasse très, très fort.
 
Lydia (maman de Damien)

Rose Mary et Arnold,

  Comme chaque année, à pareille époque, le souvenir de « Criquet » est bien là. Je n’ai pas la qualité de certains pour faire de beaux et long discours, mais soyez certains que son souvenir est bien présent parmi nous.

  On ne l’oublie pas.

  Je vous embrasse

  Didier Chantraine

 

On pense bcp à vous et je sais que bientôt justice sera faites...

Manu Pierre Océanne
 

 

Il est merveilleux votre site, comme il l'aurait adoré.
> Bisous Marcelle

je n'ai pas d'autres mots a vous dire à
part,  "courage", la vérité éclatera bientot au grand jour
je pense bien a vous et suis de votre coté vous le savez!


much

 

Chers Arnold et Rose-Marie,

     Depuis que je vous ai rencontrés, j'ai pris conscience de la terrible épreuve que vous traversez mais aussi des insupportables injustices dont Christophe et vous êtes les victimes depuis trois ans maintenant. Touchée par votre histoire et par votre magnifique hommage, je désirais vous adresser ce petit message de soutien, vous dire que je pense à vous. Tenez bon tous les deux, gardez courage pour Christophe, pour que justice soit faite, car je suis certaine que de là-haut, il vous voit vous battre pour lui et qu'il est très fier de vous.

     Je vous embrasse bien fort,

     Virginie Pirotte


Chers Rose Marie et Arnold,
 
Nous entendons votre cri de douleur, votre souffrance d'avoir du subir le départ de votre fils, de votre Christophe.
Nous comprenons malheureusement trop que votre souffrance est à chaque instant.
 
Tous ces enfants partis tellement trop tôt. Arrachés à la vie, au bonheur des siens.
 
Vous avez tellement raison en disant qu'en plus de la douleur, de la souffrance du départ de son enfant s'ajoute l'impensable càd l'injustice pour les victimes.
La non reconnaissance du drame. Rien n'est épargné aux victimes (parents- frères et soeurs de l'enfant disparu).
Vous avez raison de vous battre, nos enfants méritent mille fois que nous le fassions.
Nous pensons très sincèrement à vous en ces jours encore plus difficile que les autres.
 
Nous vous souhaitons que Christophe de là-bas continue à vous donner la force.
Nous vous embrassons affectueusement.
Patrick et Françoise
Nos fils, Bertrand et Gauthier vous font parvenir un bisous et notre  Maxence (des étoiles) est avec Christophe.   
A bientôt

Chers Arnold et Rose-Mary

Je ne sais que trop bien combien votre souffrance est grande. je n'ai bien sur pas de mot pour vous consoler, mais je peux juste vous dire que mon coeur de mamy est avec vous, je pense à vous très fort et je vous aime.

 

Mamy de Frédéric et votre Mamy à vous tous.

Chère Rose-Marie, Cher Arnold,
 
Je pense très fort à vous.
Christophe me manque tellement...
Je suis près de vous et vous soutiendrais toujours.
Gros Bisous.
Je vous aime.

 

Rosalba

Chers Rose-Marie et Arnold,
 
Bien que je ne vous ai rencontré qu'une seule fois, je voulais vous adresser ce petit message pour vous dire que je pense très fort à vous en cette période particulièrement difficile.
 
Je n'ai malheureusement pas eu la chance de connaître votre fils Christophe, ce que je regrette.
 
Je voulais également vous dire que je vous trouve tous deux extrêmement courageux.
 
Je vous embrasse bien fort.
 
 
 
France.

Chers Rose-Marie, mon petit frère de cœur,
 
 
Vous qui malheureusement connaissez cette souffrance mais en plus cette injustice , se rendent - ils compte !!!
Que l'on nous a tout pris de notre vie de Parents, comme un rat de marrée qui emporte tout sur son chemin.  
Ce qu'il y a de plus précieux sur cette terre, NOTRE UNIQUE ENFANT !!!!
Le courage, la force reflète l'amour que vous avez donné et que vous avez toujours pour Christophe, cela personne ne sais vous le reprendre.
 
Nous vous embrassons de toute nos forces Nick et Nono Parents Catherine 
 

Chers Rose-Mary et Arnold,
 
Votre fils unique, christophe était le ciment de votre vie. L'amour que vous avez pour lui restera dans notre coeur à jamais.
Tant de choses nous rapprochent, comme vous , j'ai perdu mon fils unique, Marcel. Chaque enfant est unique et je peux comprendre votre immense chagrin.
Je vous embrasse très fort
 
Monique et Etienne
 
Prendre un enfant qui voulait vivre
Le voir partir les yeux humides
Rester la seule à survivre
Penser qu'il n'est plus là
Subir son silence, cette terrible absence
Prendre un enfant du bout des doigts
Alors qu'on veux le retenir Et qu'il s'en va malgré soit.
Il aurait voulu vivre toutes ses passions
Mais une vie ne pourra suffire
Pour l'aimer jusqu'à en mourir
 
Monique - La maman de Marcel

 

Chers parents

La section belge de l'European Police Association se joint à votre chagrin.

European Police Association

Chers Monsieur et Madame D'Amario,

En cette sombre journée mes pensées vont vers vous.

Ensemble nous nous battrons pour que la justice se comporte de manière plus
humaine.

Puisse votre énergie être valorisée par ce combat.

Francis Herbert

Allen & Overy
Avenue de Tervueren 268A Tervurenlaan
1150 Brussels

Tel : 32 2 780 2942
Fax : 32 2 780 2906

Chers Amis,
 
Nous partageons, un peu, à notre manière, votre peine en ce triste jour anniversaire; notre sympathie vous est acquise et nos pensées vont à votre Christophe.Nous vous souhaitons la meilleure réussite dans votre combat.
 
Bernadette et Lino

Chère Rose-Mary, cher Arnold,

Nous avons visité le site en souvenir de Christophe. Celui-ci est très bien fait et très poignant, surtout quand on a connu et apprécié Christophe. Nous nous sommes toujours douté du cauchemard que vous vivez depuis ce terrible 14 janvier 2001. Il est difficile de trouver les mots qui apaisent dans de telles circonstances, mais croyez bien que nous sommes de tout coeur avec vous .

Très amicalement

Ghislaine et Miguel

Chère Rose-Mary, cher Arnold,
Nous pensons à Christophe, à la chance qu'il a eu d'avoir des parents
formidables, et nous serons à vos côtés, comme tant d'autres
Affectueusement
Marie -Claire et Edwin

Je suis avec vous dans la peine infinie qui assombrit vos coeurs.
Je vous dis que la vie renaît un jour ailleurs aux âmes réunies.
 
A vous qu'a frappé le mystère de la douleur,
J'ose redire que l'espérance soit plus forte en vous que le chagrin
Et que la foi d'un avenir transfigure vos souvenirs.
 
Nous pleurons avec vous, amis.
Avec vous luit notre espérance.
L'amour ne finit pas où le repos commence,
Et la promesse appelle un bonheur infini.
 
Dany et Jo (Maman de Sébastien

 

Chers Parents
De tout notre coeur nous pensons fort  très fort à vous.

 

André et Nicole

Chers Rose-Mary et Arnold,

 Nous pensons bien à vous ainsi qu'à Christophe qui doit être fier
 d'avoir des parents si courageux. Nous sommes de tout coeur avec vous
 dans ce combat pour rétablir enfin la vérité et la mémoire de votre
 fils.

 Laurence et Alain Dohet-Melen.

 

Chère Rose-Mary, Cher Nonol,

 

En ces moments difficiles, je pense bien fort à vous. Je n’ai malheureusement pas eu la chance de rencontrer Christophe, mais j’ai l’impression de le connaître un peu grâce à toi Rose-Mary. La vie vous a enlevé un être cher, le plus cher de tous, et je n’aurais pas l’audace de vous dire que je vous comprends mais tout simplement qu’il est dans mon cœur, tout comme vous deux, et que je serais toujours là pour vous aider dans votre combat. J’espère pouvoir vous donner ne serait-ce qu’un peu de réconfort et même quelques fois un sourire. Vous êtes tout les deux extrêmement courageux et je vous admire pour çà,  je suis sûre que Christophe veille sur vous de là-haut.

 

Avec beaucoup d’amour,

Larisia

 

M. et Mme D'Amario,
 
Nous avons pris connaissance de votre message dans Feu Vert et Charly nous a expliqué...
Veuillez accepter notre humble soutien et notre amitié.
Une maman et un papa du Portugal.
Cristina et Patrick.

M. et Mme D'Amario-Paquay, parents de Christophe remercient toutes les personnes, qui par quelques mots, un geste, leur a apporté leur réconfort à l'occasion du 3ème et pénible anniversaire du décès de leur fils.

Un tout grand merci à tous.

 

 
 

Pour adresser un message de réconfort aux parents de Christophe    

 

 

 

 

 

Retour au sommaire de la rubrique du souvenir