LE 10 AOUT 2003 MESSE DU SOUVENIR

Le 11 août 2003, il y a 5 ans que Frédéric décédait des suites de ses blessures.

Son chemin a croisé celui d'un assassin de la route le 09 août 1998.

Cette messe du souvenir lui était dédiée, mais nous avons voulu qu'elle soit un hommage à toutes les victimes de la route et leurs familles.

Nous vous présentons en photos le déroulement de cette cérémonie.

Frédéric

Tu es parti un jour de grand soleil, au printemps de ta vie, nous laissant dans un vide immense, impossible à combler. Plus les années passent, plus il est dur de vivre ton absence. Nous t’aimons infiniment. Que tous ceux qui t’on connu et aimé aient une pensée pour toi en ce triste jour anniversaire. Tu es parti tellement trop tôt, nous sommes en manque de toi.

  A ta mémoire , nous avons fondé le GAR- Groupement pour l’Action Routière (Fondation Frédéric Jacob). Notre combat est de tout mettre en œuvre pour que cela n’arrive plus aux autres.

Au pied de l'autel, les photos des victimes.

 

 

 

TEXTE LU EN ENTREE PAR  REGINE, LA TANTE DE FREDERIC

  Maman, Papa, je m’en vais…………

  Je deviens un souffle d’air léger qui vous caresse et vous couvre de baisers répétés.

Je suis près de vous.

  Quand par les nuits de tempête, la pluie clapotera sur les feuilles, vous entendrez dans votre lit, mes chuchotements et soudain, avec l’éclair, mon rire franchira votre fenêtre et éclatera dans votre chambre.

  Si, tout au souvenir de votre petit garçon, vous ne pouvez vous endormir que bien tard dans la nuit, alors je chanterai du haut des étoiles ; « dors Maman, dors Papa ; dormez, je suis là et je veille ».

  Je me coulerai le long des rayons errants de la lune, au dessus de votre lit et m’étendrai sur votre poitrine pendant que vous dormez.

  Je me ferai rêve et, par la mince fente de vos paupières, je me glisserai jusqu’au plus profond de votre sommeil.

  Vous vous éveillerez en tressaillant, et tandis que vous regarderez autour de vous, je m’esquiverai au-dehors, en un clin d’œil, comme une luciole.

  Et quand on vous demandera où est votre petit fils, vous répondrez doucement qu’il est dans la prunelle de vos yeux, qu’il est dans votre corps, qu’il est dans votre âme…..

  D’après R. Tagore.

 

Régine et André Jacob

 

 

Une partie de l'assemblée

 

Lecture d'un texte par M. Gilliquet, vice-président du GAR

 

Le message de Frédéric

Je t'en prie mon Dieu . . .Ils sont si jeunes

La journée où nous sommes morts était une journée comme les autres.
Nous rentrions chez nous
Nous étions dans la voiture d’un assassin de la route, sans le savoir.
Nous l’avons supplié: « ralenti, tu vas tous nous tuer »
Mais il a refusé.


Comment l'accident est-il arrivé?
Il avait consommé de l’alcool et de la drogue
Il roulait, beaucoup trop vite,
Il se donnait  de grosses chances.
Il savourait  sa liberté et  frimais.

La dernière chose dont je me souvienne,
J'ai entendu un fracas terrible de vitre et de métal,
et j'ai senti tout mon corps se briser en morceaux.
Je me suis entendu crier.

Soudain, je me suis réveillé tout était calme.
Un agent de police se tenait près de moi.
À côté de lui, il y avait un médecin.
Mon corps était déchiré et couvert de sang.
Il y avait des morceaux de vitre partout sur ma chair.
C'est étrange mais je ne sentais absolument rien.
hé ne tirer pas ce drap par dessus ma tête.
« Je ne peux pas être mort !!
Je suis trop jeune, je dois sortir ce soir,
je dois grandir et avoir une vie extraordinaire.
Je n'ai même pas encore vécu. Je ne peux pas être mort !»

Plus tard, j'ai été placé dans un grand tiroir.
Mes parents ont dû m'identifier.
Pourquoi ont-ils dû me voir dans cet état ???
Pourquoi ai-je regardé maman alors qu'elle voyait la pire atrocité de sa vie ?
Papa avait soudain l'air d'un vieillard. Il dit au préposé:
« Oui, c'est mon fils ».

Plus tard, le salon funéraire a été une expérience troublante.
J'ai vu tous mes parents et amis défiler devant moi,
un par un, en me regardant avec des yeux remplis de tristesse.
Certains de mes copains pleuraient.
Certaines jeunes filles me touchaient les mains et sanglotaient...
« Je vous en prie quelqu'un réveillez-moi, sortez-moi d'ici. »
Je ne peux plus supporter de voir mes parents si abattus.
Ma famille éprouve une douleur si grande
qu'elle peut à peine marcher.
Mon frère est comme un robot.
Tout le monde semble égaré.
Personne ne peut le croire et moi non plus !!!!
« Ne m'enterrez pas, je ne suis pas mort,
j'ai encore beaucoup d'avenir devant moi.
Je veux rire et courir. Je veux danser et chanter.
Ne me mettez pas en terre. »

Hé toi qui ne tiens pas à la vie,
ne joues pas avec celle des autres,
sois prudent sur les routes
et si tu as bu ne conduit pas s'il te plait.

 

 

L'eucharistie

 

 

Texte lu par Cécile Jacob dédié à toutes les victimes de la route

 

Mes pensées sont auprès de vous

J'ai mal à mon coeur de mère...  Je me reconnais dans ces mères qui perdent un enfant à cause de la violence "motorisée".  J'ai mal pour ces soeurs et ces frères qui perdent un maillon de la chaîne familiale.  J'ai mal pour tous ces êtres qui sont victimes de la folie du diable qui schizophrène les cerveaux malades de ces prédateurs qui mitraillent nos vies de proches des victimes.  Nous qui restons haletants de souffrance et d'incompréhension sur le bord de l'abîme...  Nous qui sommes marqués au fer chaud par ces terroristes qui ont bombardé notre paysage...  Je marche la tête haute mais un voile recouvre mon visage et parfois j'aimerais disparaître dans les montagnes

J'ai mal parce qu'à moi aussi on a volé un enfant car celui-ci est mort à petit-feu à cause d'un chauffard qui s'est emparé de son butin le plus précieux qu'était son adolescence

J'ai mal...  car la blessure n'est pas  cicatrisée.   Je serai toujours une victime comme mon fils...  On lui a volé sa vie et beaucoup de la mienne aussi...  À chaque matin qui se lève...  nos coeurs frissonnent et nous devons "décider" à chaque jour de survivre à cette horreur!

 Quand donc cessera toute cette violence gratuite?

Je croise souvent sur ma route des jeunes gens . Et, je retrouve le regard de mon enfant dans le lac trouble de leurs yeux!  Regards furtifs, éclairs subits, coups de tonnerre au coeur!

Un cri se bloque dans ma gorge et mon plexus voudrait éclater.  En eux, je retrouve mon enfant disparu, mon enfant à qui on a fait mal...   l'enfant qu'on m'a volée à moi sa mère!

Dans ce temps-là...  j'étouffe ma colère car elle pourrait tout dévaster.  Je ne peux que tendre ma main vers ceux qui marchent à mes côtés, ceux à qui je prends le temps de dire...  va  demander de l'aide, parle-moi je suis prête à t'écouter!

Parfois...  je recueille un sourire et c'est comme un tendre baiser posé sur mon coeur écorché...  Parfois, je me fais rabrouer mais au moins je me dis que j'ai essayé et que chaque geste a sa raison d'être...

J'ai mal si mal!  Pour toutes ces familles et pour eux, un texte j’ai composé :

 Quand quelqu’un meurt, un nuage devient un ange qui s’envole pour dire à Dieu de poser une autre fleur sur un coussin.

Un oiseau renvoie ce message au monde et chante une prière silencieuse qui fait pleurer la pluie.

 

Nos enfants nous quittent, mais ils ne disparaissent vraiment jamais.

Leur esprit est là-haut, se couche avec le soleil, s’éveille au jour et fait tourner la terre en cercles tourbillonnants.

On peut même parfois les voir danser dans un nuage pendant la journée quand ils sont supposés dormir

 

Ils colorent les arcs-en-ciel, font déferler les vagues et monter les marées. Ils lancent les étoiles filantes et écoutent les souhaits

Quand ils chantent dans le frémissement du vent, ils nous murmurent : Il ne faut pas que je te manque de trop, la vue est belle et tout va bien pour moi. Je pense à vous, je vous aime.

 

 

Pour :

Frédéric, Karen et Michaêl – Hubert Lange – Nicole Huberty – Sébastien Huberty – M. et Mme Beaujean – Juliane, Yolande, Christine, Marie-Jeanne Schwanen et leur maman. M. Simon Schwanen – Marcel Jacob. La maman de Karen.

Maxence Genette – Catherine Honoré – Sébastien Fabré – Christophe D’Amario – Jean-François Jaquet – Jean-Carl Somja – Sabrina Didelot – Philippe Lange – Véronique Niessen – Anne Sophie Charlier – Grégory Rommes – Damien Basteleysens – Benjamin Leruth – Nathalie et Mandy Bado – Jean-Michel Matriche – Michaêl Solot – Marc Dernier – Laurent Dethier – Jérôme Solheid – Marie herbert – Olivier Delentrée – Olivier De Roy – Jurgen Verhaegen – Auryns Verians -  Marcel Hamende – Daniel Legat – Olivier Remy – Stéphane Milon – Benoit Muller – Gregory Van Dieppen – Sylvie Vandenhove – Geoffrey Monsieur – Marilou Poinsot – Dominique de Pinheira – christian Joassin – Sébastien Vandervorst  et tout les autres dont il serait fastidieux d’énumérer la liste, tant ils sont nombreux, malheureusement.

Un pensée également pour tous les handicapés de la route et pour Wendy qui se bat actuellement pour vivre.

 

La tombe de Frédéric au cimetière de Verviers

 

      Recueillement sur les lieux de l'accident

 

 

Devant la stèle : la famille, les amis, les parents de jeunes victimes de la route

 

La stèle sur les lieux de l'accident

Article de presse :

 

Vos Messages

Chère Madame,

J'ai bien reçu votre invitation à assister à la messe du souvenir qui sera célébrée en l'église de l'Immaculée Conception à Mangombroux le 10 août prochain en hommage à votre fils, Frédéric tragiquement disparu le 11 août 1998.

Malheureusement, absent de Verviers à cette date, je ne pourrai être présent mais je serai de c?ur et en pensée à vos côtés.
 
Salutations distinguées.

Claude DESAMA
Bourgmestre

 
 
Frédéric,
 
                                       Nous sommes des parents comme les tiens,                
                 qui avons perdu ce qu'ils ont de plus précieux, leur moitié,
                    "le fruit de leur amour"
                          Tu sais, sans te connaître à travers de tes parents,
                           on ne peut qu'imaginé, un jeune remplis d'amour, de joie et de tendresse.
                                 A chaque rencontres, ton prénom est prononcé sûrement comme avant mais autrement.
                          Donne leur toujours le courage, la force de continuer. 
                   De la haut, veille sur eux. 
 
                      De tout coeur avec vous, nous vous embrassons.
                          Dominique et Noëlla      parents de Catherine    
 
 

 

Chère Madame Jacob,
 
Si je ne peux malheureusement pas être présent le 10 août (je serai au Canada), je vous promets d'avoir une pensée pour vous, Frédéric et les autres victimes de la route.
 
André Decorte 

 

 

=

 

Cécile, bonjour
 
Nous espérons que ta santé va bien.
 
Nous te remercions pour l'invitation à la messe pour ton fils et pour tous les autres enfants disparus tellement trop tôt.
 
Nous serons en pensées sincères avec toi, ta famille et Frédéric, car nous ne serons pas là en ce triste jour anniversaire.
 
Nous partons justement dans cette période là, nous reposer à nous 4 en France.
Nous espérons pouvoir construire des petits moments de bonheurs ensemble.
 
Comme tu le dis bien, plus le temps passe et plus l'absence, le vide est grand.
 
Nous vous souhaitons beaucoup de courage pour ces jours encore plus difficile que les autres. Nous vous souhaitons d'être bien entourés par des personnes sincères et qui par leur présence, leur silence, leur geste, leur mot .....vous portent tous un peu.
 
C'est vrai que Frédéric te porte et t'aide dans ton combat, dans ton association, nous avons ressenti l'aide de Maxence durant ce si douloureux hommage.
 
Nous sommes en pensées avec toi et ta famille.
 
A bientôt.

 

Les parents de Maxence

 

 

 

 

Chère Cécile,
 
le 10 août, j'aurai une pensée pour toi et pour tes proches depuis la Provence où nous serons en vacances...
 
A bientôt, pour approfondir ce thème qui te tient fort à coeur et que nous voulons réaliser le mieux possible grâce à toi et aux membres actifs de ton groupe.
 
Merci déjà.
 
Manu.

 

 

 

Bonjour Cécile,
 
Aujourd'hui c'est la saint Dominique, et c'est aussi
un hommage que du rends à ton fils Fred
Notre destin est lié et notre combat aussi
Que de courage, quelle force, et comme je t'admire
Tu sais que je suis avec toi malgré la distance qui nous sépare
Tu sais également que j'aimerais être là à tes côtés
En ce jour de distresse et de douleur
Fred sera avec toi encore cette année
 
Je t'embrasse très très fort
 
Ton amie Geneviève

 

 

Mes amis, ce sont des  jours très difficile à vivre pour vous , nous pensons beaucoup  à vous  et à Fred nous lui envoyons un gros bisou dans l'au-delà. Il doit être fier de voir tout le travail que vous accomplissez, le but que vous voulez atteindre...que cela n'arrive jamais plus!
 
Vos amis Rose-Mary et Arnold de tout coeur avec vous. 
  

 

Bonjour Cécile,
 
Excuse moi d'avoir tant tarder à donner une réponse à tes messages , mais j'ai été malade pendant une quinze jours (grosses chutes de tension) et je suis partie quelques jours à la campagne.
 
 
Tu me pardonneras pour la journée commémorative, mais tu sais qu'il m'est difficile d'entrer dans une église et je subis actuellement le contre-coup de ma prise de conscience de la mort de Damien.
 
Je serai avec vous en pensées.
 
A très bientôt,
 
Bisous.
 
Lydia

 

Georges , nous savons que ce sont des moments difficile pour toi mais nous pensons à toi. Ton frère Fred est là pour te protégé ainsi que ton petit garçon bisou et à tout à l'heure.

 
Rose-Mary et Nonol  

 

 

Bonjour Cécile,

En ces tristes jours de souvenir, je voudrais vous assurer de toute ma
sympathie.

Pas grand chose à dire sinon que, sans l'avoir connu, je pense à Frédéric.
Je pense aussi à vous et à toutes ces familles qui ont connu pareil drame.

Bravo pour vos actions et surtout continuez.

Touring travaille en ce moment à un projet de sécurité routière dans les
écoles avec toutes les forces vives qui peuvent apporter quelque chose.
Je ne manquerai pas de vous en parler d'ici peu.

Amitié

Danielle Mallinus

 

 


Chère madame Jacob,


Ce petit mot pour vous dire que je suis avec vous et votre famille en cet
anniversaire douloureux. Un tout grand merci pour tout ce que vous faites
pour notre association. Ménagez-vous quand même car nous avons besoin de
vous. Frédéric doit en tout cas être très fier de vous.

Amicalement

F. Herbert

 

 

 

Hommage à Frederic Jacob
 
F aisant ici comme chaque année, la promesse de ne jamais oublier,
R ien que pour une personne qui nous a quitté sans pouvoir nous le signaler,
E tant aujourd'hui le moment de se rassembler, afin de te témoigner notre amour,
D irigeons nos voeux, afin que s'installe pour toi un coussin de velours,
E ncadré de la lumière du Seigneur et entourré des anges du bonheur,
R ien que pour toi, nous t'envoyons le plus beau bouquet de fleurs,
I naltérable notre mémoire sera, lorsque nos pensées irons vers toi,
C rions haut et fort : Frédéric ! Chaque jour nous sommes près de toi,
 
 
J usqu'au bout de nos forces, nous protégerons la vie humaine sur les routes,
A vec ou sans aide, nous seront toujours présent pour être utile à tous et toutes,
C 'est avec une grande motivation, que nous réaliserons notre but et objectif,
O rientés vers une meilleure qualité de vie sur nos route, telle est notre griffe,
B énissez Seigneur, toutes les victimes de ces drames routiers.
 
 
Pascal NIVARLET
(Adm. Président)
NDSR Sécurité Routière
Belgique

 

Chère Cécile,
 
 
   Nous sommes désolés de n'avoir pu rester tout au long de la cérémonie en hommage à ton fils.
 
  L'émotion était trop grande.
 
 Nous aurions souhaité être à tes  côtés et partager ta souffrance.
 
   Un grand merci à la tante de Frédérick qui m'a réconfortée si gentiment.
 
   Gros bisous

 

Dany

Maman de Sébastien

 

bonjour , je n'étais peut être pas présent mais il resteras tj dans mon coeur
. car pour moi ce n'est pas une date c'est la vie entière . Maintenant moi
j'essaie de moi même de m'en sortir mais bon faut vivre avec toutes mes
séquelles merci bisous a tous.

Raphaël, le meilleur ami de Fred, blessé dans l'accident.

Bonjour Cécile

Désolé d'avoir failli à vous écrire (cause absence)
Comme d'habitude les mots manquent ...
Chacun sait (ou devrait savoir) que les blessures de l'âme sont toujours
présentes ...

Je suis de ceux qui croient en la vie éternelle ... et là ou il est, je
suis sur au plus profond de mon être que votre fils était lui aussi,
avec  vous et les vôtres.

je vous embrasse

Christian

NCA - Nouveaux Conducteurs Associés




Nous vous remercions tous pour vos messages de sympathie, votre présence, vos sms,vos appels téléphoniques. Tous ces gestes ont été pour nous d'un réel réconfort.

 

Cécile et jean-Pïerre Jacob - les parents de Frédéric

 

Commentaires !

Hit-Parade Retour au sommaire

Retour à la page d'accueil