Commémoration Kévin KUMMELER et Olivier GOTAL

 

La Chapelle Notre-Dame en chemin était pleine, et même davantage, ce samedi 8 avril dernier. On y célébrait en effet une messe (dite par le Chanoine BODESON) en mémoire de Kévin (20 ans), de Lontzen, et d’Olivier (18 ans), de Welkenraedt, tués le  22 nov. 2003 dans un terrible accident de la route. Leur voiture, conduite par Cédric Hauzoul (21 ans lors des faits), rendu fou par l’alcool qu’il avait exagérément consommé, s’est d’abord retrouvée sur le bas-côté herbeux, avait ensuite fauché un poteau électrique puis effectué plusieurs tonneaux avant de s’immobiliser sur le toit. Outre ces deux victimes, on retirait aussi de la carcasse  Hervé Van Eeghem (21 ans), en vie certes, mais qui gardera toute sa vie de profondes séquelles. Le conducteur en sera quitte pour un coma de quelques  jours et de blessures secondaires.

Si les familles étaient présentes,  ainsi que des membres du GAR et de PEVR, des personnalités communales et des sympathisants, on remarquait surtout dans l ‘assemblée un nombre considérable de jeunes qui avaient tenu à rendre hommage à leurs amis bien trop tôt disparus.

Toute ce monde allait ensuite se déplacer 300m plus loin, à l’endroit même de l’accident. Il est vrai que la route du Condroz est très connue dans la région pour les excès de vitesse de certains, ainsi que par les véritables catastrophes humaines dont cette voie (trop ?) rapide est le théâtre.

Pluie, vent et froid présidaient à cette triste fête qui vit de nombreuses personnes signer des discours qui, à des degrés divers, étaient tous de véritables réquisitoires contre l’alcool au volant. Ce fut aussi pour tous les orateurs, l’occasion de souligner que les jeunes payaient un trop lourd tribu à la route ; ils constataient également que les tragédies auxquelles celle-ci donne lieu sont insuffisamment prises en compte, voire négligées,  par le milieu politique, certains de ses membres en tout cas. Nos asbl sont malheureusement idéalement placées pour savoir qu’un mort par accident de la route compte moins qu’un tué par balle : c’est bien moins spectaculaire, mais malheureusement, bien plus courant, tellement qu’il en est devenu banal. On a aussi largement insisté sur la peine dérisoire, frisant le ridicule, subie par le responsable qui, d’ailleurs, a encore fait parler de lui par la suite auprès de la Police.

On distinguait clairement, dans le regard de jeunes, une extrême émotion ; certains d’entre eux avaient d’ailleurs tenu à prononcer quelques mots, tout empreints de dignité mais qui étaient le témoignage  d’un terrible regret, celui que déjà plus de 2 ans s’étaient écoulés depuis la mort de Kévin et Olivier dont l’absence leur sera toujours insupportable …

Une plaque commémorative SAVE (comportant nom, prénom et âge des 2 victimes), la 12ème en Wallonie, a été dévoilée à l’endroit même de l’accident et des bouquets de fleurs, déposés. Rappelons que ce panneau poursuit un double objectif : celui de dire aux gens que 2 jeunes ont perdu la vie sur à ce endroit même, mais aussi d’inciter les usagers à la prudence.

La presse écrite s’était déplacée en masse en cette occasion, les quotidiens ayant d’ailleurs consacré un très large écho à cette cérémonie.

 

Les asbl PEVR et GAR, ainsi que les familles et proches des victimes,  tiennent à adresser leurs plus vifs remerciements à la Police de Seraing, présente en force pour que cette manifestation se déroule dans les meilleures conditions qui soient (escortes de motards, circulation réduite à une file, … ). Bref, tout  était rassemblé pour qu’aucun incident ne vienne ternir ce rassemblement sur la Route du Condroz : c’était déjà suffisamment triste.

  AG

8 avril 06

On ne les aura jamais assez connus.

Ils sont partis sans le vouloir

Sans nous dire « au revoir »

Il ne faut pas leur en vouloir

Sachez, que de là-haut,

Ils nous regardent avec leurs yeux d’anges

Pour nous dire qu’ils sont toujours là,

Et que l’on se reverra …

Leurs familles 

DISCOURS DE CECILE JACOB

Chers parents, chers amis,

  Au nom de l’association PEVR, je vous remercie de votre présence pour soutenir les familles d’Olivier et de Kevin.

Ce panneau sera le 12ème placé en Wallonie et sera bientôt suivi d’un 14ème le 30 avril à Esneux, en mémoire d’Olivier Remy, d’un 13ème le 23 avril en province de Namur pour la petite Judith (5 mois) et le 15ème pour la petite Perrine aussi en province de Namur, le 09 juillet.  Mais, pour la première fois en Wallonie, notre association s’ouvre à la région germanophone pour l’aide aux familles de victimes, en ouvrant une antenne à La Calamine ; son représentant est d’ailleurs parmi nous : il s’agit de M. Alain Vluggen, lui aussi victime d’un grave accident de la route en 1996.

Je remercie Mme Virginie Pirotte, Coordinatrice de PEVR, pour l’organisation de cette cérémonie, les forces de police, M. Delmarcelle du MET, M. Vandenbosh, Bourgmestre de Seraing,  M. et Mme Beelen, certainement les plus fidèles d’entre les paroissiens, et M. le Chanoine Joseph Bodeson qui ont tous, à des degrés divers, permis que cette manifestation se déroule.

  La mort violente de deux jeunes à l’aube de leur vie, brise toujours la vie de leurs parents, de leurs frères et sœurs, mais aussi celle de leurs amis. Une fois de plus, une fois de trop devrais-je dire, l’inconscience et l’irresponsabilité d’un chauffard, sous l’emprise de l’alcool et épris de vitesse, élagueront ces familles de ses plus belles branches qui n’en n’étaient qu’au printemps de leur vie.

  N’ayons pas peur des mots : le jugement du tribunal correctionnel nous laisse plein d’amertume et de colère contre cette justice qui fait mine de ne pas comprendre que la route est la principale cause de mortalité en Belgique, en ce qui concerne les enfants et les jeunes jusqu’à 30 ans. Et aussi longtemps que des sanctions sévères ne seront pas appliquées, rien ne changera.

Dans une démocratie où nous ne pouvons pas faire justice nous-mêmes, nous sommes contraints de faire confiance à la justice pour qu’elle nous dise enfin qu’en effet, la mort de nos enfants est absolument inacceptable et qu’il est plus que temps que cesse ce carnage sur nos routes. Une fois de plus, la justice a donné exactement le message inverse, elle qui devrait, au contraire, aider les familles à faire leur deuil et à continuer à vivre dans la société. Car, soyons sérieux, les peines maximales, en Belgique, sont de deux ans de prison ferme et 5 ans de déchéance du droit de conduire. Songeons que dans les pays comme le Danemark, l’Angleterre ou la France, la déchéance du droit de conduire peut-être illimitée. Dans d'autres pays européens, pourtant beaucoup plus sûrs que la Belgique, les tribunaux n'hésitent pas à donner ce signal. Le journal anglais "The Times" de cette semaine rapporte qu'un juge anglais a condamné à 8 ans de prison ferme et dix ans de déchéance deux jeunes garçons qui par leur conduite irresponsable ont provoqué la mort de quatre jeunes filles. A la même page il est rapporté qu'un autre juge anglais a condamné à 18 mois de prison ferme et quatre ans de déchéance un conducteur de 45 ans ayant tué une jeune fille de 20 ans ( alors qu'il s'était déjà vu retirer son permis pour 12 mois pour conduite en état d'intoxication).  L'Angleterre est avec les pays scandinaves un des pays les plus sûrs d'Europe. La Belgique est avec les pays méditerranéens et les pays de l'est un des pays les moins sûrs d'Europe. . N'y aurait-il pas là une relation de cause à effet ? Des tribunaux sévères ne sont pas des tribunaux répressifs, ce sont des tribunaux qui protègent des vies contre l'inconscience,  l'insouciance, l'égoïsme et les besoins de se faire valoir.

  Avec un accident, qui a fait deux morts et un blessé grave, causé par une conducteur irresponsable, en état d’ébriété, en excès de vitesse et qui, en plus, a fait montre d’une attitude inhumaine et vexatoire vis-à-vis des familles,  arrogant devant le tribunal, que fallait-il de plus pour que le juge applique les peines les plus sévères ? En 2004, il avait été condamné par le tribunal de police à 2 ans de prison, dont 1 ferme, et 3 ans de déchéance. En appel, la peine a été ramenée à 1 an avec sursis total et à deux ans de déchéance du droit de conduire !

  Depuis lors, il a été encore pris deux fois à conduire en état d'ivresse et à des vitesses excessives avec des passagers. Il a comparu pour ces faits devant le tribunal de police de Verviers.

7 mois après le tragique accident. Des policiers remarquent une puissante voiture qui démarre en trombe en plein centre ville. Ils la prennent en chasse et sur la route, constatent que l'écart entre eux et la voiture poursuivie augmente encore alors que leur compteur affiche 140 km/h !

  La chasse se termine finalement sur un parking, quelques kilomètres plus loin. Le test d'alcool pratiqué révélera un taux de 1,30g. Le conducteur, qui avait deux passagers à bord, s'est montré arrogant envers les policiers et très peu coopérant, voire pas du tout.

  Comme si cela ne suffisait pas, il remet le couvert la même année. Lors d'un banal contrôle routier à 1h15 du matin, il fait semblant de souffler au cours du test d’alcoolémie, puis refuse le test sanguin «par peur des piqûres», dira-t-il en admettant avoir consommé «quelques» bières. Non seulement c’est grave, mais en plus, c’est prendre les policiers pour des idiots !

  Il est condamné à 3850€ d'amende et à 3 ans de déchéance du permis. Et il devra passer des examens médicaux, théoriques et psychologiques pour le récupérer, mais comme on pouvait s’y attendre, il va en appel.

  Précisons aussi que ce conducteur a toujours été laissé en liberté avec son permis en main jusqu’au jour de l’audience,  au risque d’en tuer d’autres.

  PEVR espère que, sous le nouveau régime de la loi entrée en vigueur le 31 mars, que les Parquets et les juges, conscients de leur responsabilité n'hésiteront pas à utiliser à fond la possibilité qui leur est à présent donnée, après le premier retrait de 15 jours de demander (- le Parquet) et d'ordonner (- le juge de police) un retrait plus long pouvant aller jusqu'à trois mois , avec une nouvelle prorogation de 3 mois, s'il le faut, pour protéger la population ( en tout donc 6 mois et 15 jours). Si l'on pouvait arriver à une situation où l'affaire passe dans les six mois de l'accident ( ce qui pour les accidents où les responsabilités sont claires dès le début  devrait être possible dans un état moderne comme la Belgique), on pourrait ainsi éviter qu'un chauffard ne récupère son permis avant de passer en justice.

  Rien ne pourra jamais nous rendre nos enfants. Olivier et Kevin sont des fleurs de bitume ajoutées à tant d’autres, et dont la justice et les lois font peu de cas.

  Mais vient s’ajouter à la détresse et à la souffrance des parents, le déni de la responsabilité : à écouter le conducteur responsable, il ne l’a pas fait exprès. Devant les caméras, il a même déclaré « je savais que je faisais une bêtise mais c’était plus fort que moi, je l’ai faite quand même ». S’il avait eu une arme en main, avait bu et avait tiré sur quelqu’un en le tuant, il était passible des assises. Où est donc la différence ? Les parents de Kevin et d’Olivier sont condamnés, eux, à perpétuité.

  PEVR se permet de se rappeler au bon souvenir de Mme Onkelinx qui avait promis de procéder à un inventaire des décisions de justice. C'était en décembre 2005, nous sommes en avril 2006 et, comme Soeur Anne nous ne voyons toujours rien venir.

  Au nom de l’association, je souhaite également adresser un message au monde Politique en région Francophone. Les juges et leurs décisions ne sont que le reflet de ce qui vit dans la société. Plusieurs accidents spectaculaires ont eu lieu en Wallonie les derniers mois, provoquant enfin quelque émoi dans la presse. Combien de morts faudra-t-il encore et jusqu'où devront-ils être spectaculaires pour qu'en Wallonie l'on reconnaisse que la protection de la vie des citoyens et le soutien à ceux qui sont frappés par l"hécatombe sur nos routes est au moins aussi importante que leur bien être économique et, que des Etats Généraux  pour un meilleur accompagnement et accueil des victimes de la route et de leurs familles  est au moins aussi importante que le plan Marshall ou la survie du circuit de Francorchamps, indispensable à ce que l'on appelle le "rayonnement de la Wallonie".

  Nous avons aussi une pensée pour Hervé, blessé dans cet accident.

Kevin et Olivier, reposez en paix, nous ne vous oublierons jamais.

 

Au nom de ce que nous avons de plus cher

A: Kevin , Olivier

Ma chère Cécile,

Cet événement tragique ne saurait nous laisser sans réaction au chaud . Comme tu dis à juste titre : S’il avait eu une arme en main, avait bu et avait tiré sur quelqu’un en le tuant, il était passible des assises. Où est donc la différence ?
Dôle d’époque pourrait-on dire que celle dans laquelle la consommation d'alcool chez les automobilistes reste un problème de masse dans ce pays, et il ne cesse de croître. On sait ce que c’est ! Sans aucune excuse ! Pour un homicide par négligence, l'auteur est conscient des conséquences de son comportement prêt à s'en accommoder notamment en matière d'alcool au volant. C’est le plus grand crime qu’un être humain pouvait commettre en toute connaissance de cause. Mais se rend-il compte seulement, dans ses égarements éthyliques, des ravages qu’il provoquera dans le rang des familles ?

Entre la frontière de la réalité et du cauchemar, notre seule envie, ce que tout le monde pense et que personne ne dit, " peu élégant de ma part ", tirer une balle dans la tête de ces inconscients prisonniers de leur carcan d’égoïsme, qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez, qui se fichent totalement de ce qui les entourent tout en prenant soin de leur ego…

vous me comprenez, j'en ai l'impression… Usé par mille plumes certes, mais qui va payer le prix du sang injustement versé de nos innocents enfants ? Dans ce cas précis, en absence de justice, inhérente à la nature humaine, des valeurs véhiculées toutes au long de cette existence " la raison et pugnacité de notre combat " que nous espérions et n’avions pas eu, la violence n’est-elle pas légitime pour défendre l’honneur de nos enfants, sauvagement massacrés, gravés et ineffaçables de nos mémoires?

Ce n’est certainement pas l’envie qui nous manque, celui du courage ! Ou peut-être nous n’avons pas le comportement extrême !Alors, où sont les mères qu’étaient capables de détruire un empire pour leurs enfants ?

 

Au fond de chaque être est inscrit l’étincelle d’une Justice juste et équilibrée. Cette Justice a pour symbole la balance et s’exprime par l’équilibre parfait entre les deux plateaux ! Les tribunaux sont sensés rendre la " Justice " ! Ce n’est malheureusement pas la voie qui est privilégiée, puisqu’elle se prétend aveugle ! Ce pendant , les magistrats qui par leur standing de vie sont loin de comprendre ce que survivants ressentent les laissés-pour-compte, et ont une coupable attitude d’éradiquer la victime sans mettre en péril l’existence de coupable. Lorsque le coupable n’est pas directement puni, à sa juste valeur, les survivants en sursis subissent la condamnation à sa place !

Alors à quelle Justice l’être humain aspire-t-il lorsqu’il est victime ? Certainement pas, la justice écœurante à deux vitesses, celle du vol de voiture, poursuivi et incarcéré et celle de l’homicide relâché sans moindre état d’âme. Elle ne se préoccupe pas du sort des victimes ! Cette question capitale reste sans réponse et occasionne un vide intérieur, un vide qui devient gouffre au fil du temps. Cela est d’abord injuste et infiniment méprisant à leur égard et peut engendrer de nouvelles difficultés ajoutées au traumatisme vécu. Ensuite, lorsque cette opportunité ne se présente pas, comment l’enchaînement des obstacles qui s’en suit et si mal connu par les citoyens peut-il être surmonté ?

Lili la Maman d’Atta tué par une meurtrière impunie
( affaire classée sans suite)
France 18 avril 2006
www.chez.com/terrorismedelaroute 
  
 


 

Les photos de la commémortions

 

Les articles de presse :

LA MEUSE DU 07 AVRIL06 1

LA MEUSE DU 07 AVRIL 06 2

LA DH DU 09 AVRIL 06

LA DH DU 10 AVRIL 2006

LA MEUSE DU 10 AVRIL 06

LE JOUR-LE COURRIER ET LE SOIR DU 10 AVRIL 2006

 

 

Retour au sommaire des reportages

Retour à la page d'accueil

 

Commentaires !

Hit-Parade