JOURNEE DE PREVENTION A ANS-ST NICOLAS

 

 

Salon de la sécurité au Hall omnisports de Montegnée (samedi 29 mai 04)

  On peut raisonnablement dire que la Zone de Police Ans / St Nicolas ( Liège) a bien fait les choses en ce samedi 29 mai. En effet, elle a mis sur pied un Salon de la sécurité qui a regroupé bon nombre d’acteurs de la sécurité dans notre pays, et plus particulièrement, en Wallonie.

Outre le fait que le Centre Sportif accueillait des stands sous abri (dont nous vous parlerons plus loin), ce Salon avait également la particularité de voir se dérouler beaucoup d’activités en plein air.

 

A l’extérieur

  C’est ainsi, par exemple, qu’une piste avait été dressée pour que s’y côtoient vélos et karts à pédales à destination des plus petits; la circulation était bien entendue balisée et des policiers encadraient tout cet heureux petit monde : après les avoir observés longuement sur la piste, il serait un rien exagéré d’écrire que les plus jeunes soient extrêmement respectueux du Code (qu’ils connaissent mal ou peu) mais surtout, des injonctions (bien entendu courtoises et bon-enfant) des agents ; à vrai dire, et c’est très bien ainsi pour l’atmosphère gaie qui présidait à cette activité, les enfants ne s’en tracassaient pas fort … : comme l’on dit, « c’était pour du beurre … »

Un autre grand succès fut récolté par les Pompiers et la Protection Civile qui, outre l’extinction d’une voiture qui était la proie des flammes, ont fait - sous les yeux d’un public parfois médusé -, des démonstrations de désincarcération : c’est vrai que le quidam, s’il est habitué à l’expression « l’automobiliste a été désincarcéré » via les médias, n’en reste pas moins bouche bée lorsqu’il s’agit de découper une voiture pour en permettre l’extraction d’un blessé ; ainsi par exemple, il est toujours spectaculaire de voir comment un toit entier peut être découpé à l’aide d’une pince hydraulique de bonne taille.

Les splendides chevaux de la Police,  l’auto-pompe (dont le TRES puissant jet d’eau sert essentiellement à disperser les plus téméraires parmi des manifestants), ainsi que les chiens pisteurs (des bergers allemands dressés pour découvrir la drogue à la seule présence d’une très faible trace sur un vêtement par ex.) ont, eux aussi et chacun à leur manière, rencontré un franc succès. Un coup de chapeau en passant aux maîtres-chiens.

 

Les organisateurs avaient aussi réussi à faire venir le bus BOB (de l’IBSR, avec son simulateur de conduite permettant au conducteur de réagir, sur un écran heureusement !, comme s’il avait consommé 7 ou 8 bières (croyez-moi, c’est tout simplement effarant), ainsi que le stand de tir mobile (un énorme semi-remorque dont le matériel consiste à laisser Monsieur Tout-le-Monde se saisir d’une arme et riposter – pour du rire aussi, rassurez-vous !- comme s’il était confronté à un individu dangereux.

 

Une totale réussite donc pour l’ensemble de ces activités qui se sont déroulées en extérieur; reconnaissons que la présence constante du soleil n’a fait que renforcer ce succès de foule et d’intérêt.

 

 

  A l’intérieur

  Le Hall, regroupant quant à lui les stands indoor, eut quelque peu à souffrir de cet attrait et … de cette splendide journée printanière. Certes les visiteurs y vinrent mais on aurait parfois dit qu’ils entraient dans cet endroit fermé parce qu’ils souhaitaient pleinement profiter de leur venue sur le site.

Outre les stands de la Police, on pouvait ainsi y découvrir – sans du tout vouloir être exhaustif !- le Group 4, la Croix Rouge, différents constructeurs et/ou vendeurs de dispositifs d’alarmes intérieures et extérieures, Enfants-secours, Décathlon, ainsi que l’école de maîtrise Peugeot (qui présentait un programme français de simulation à la conduite) et un test de réflexe consistant à évaluer votre rapidité à appuyer sur la pédale de frein dès que surgit un obstacle (en fait, le passage de la pédale d’accélérateur au frein lors d’un changement de signal visuel). Autres véritables attractions : la voiture-tonneau était là (même avec la ceinture de sécurité, c’est … remuant), de même que le châssis crash-test (un « bélier » nanti de 2 sièges dans lesquels prennent places les 2 personnes ceinturées qui ne sont pas intimement persuadées de l’importance d’un choc à 10km/h sur un obstacle immobile).

  Notre asbl était bien entendu présente, exposant un stand où apparaissaient les photos de jeunes victimes de la route et une énorme documentation expliquant nos activités et celles d’autres asbl aux buts semblables (Partageons la route, PEVR et RED notamment). Bon nombre de personnes sont venues pour y prendre des renseignements, tandis que les enfants, eux, étaient plutôt attirés par la borne BOBBY, une borne didactique et interactive  permettant aux enfants en bas âge de se familiariser avec certaines règles du Code de la route, en tout cas celles qu’ils doivent connaître pour se rendre à l’école à pied ou à vélo.

Ce fut aussi pour nous l’occasion de donner une séance de prévention telle que celles données aux écoles, au niveau des étudiants du secondaire supérieur. Ma foi, ce fut un plus pour nous d’avoir devant nous un auditoire constitué de personnes d’âge plus … important (30, 40, 50, …) et partant, les questions et réponses n’étaient pas du tout du même acabit que d’habitude. Pour votre information, vous saurez que les adultes de 40 ans reconnaissent bien volontiers consommer davantage d’alcool que les 18-20 ans; c’est a priori exact mais eux sont nettement moins touchés par les boissons énergisantes (Red Bull et consorts) additionnées d’alcools en tous genres. Anecdote qu’il me plaît quand même de vous relater : alors que tout était prêt et qu’une trentaine de personnes avait pris place dans la « salle », le débat faillit ne jamais avoir lieu, faute d’une sono en relation avec l’ambiance assez bruyante d’un hall. Soit.

   Un petit bémol malgré tout. Vous connaissez la position du GAR en ce qui concerne la consommation d’alcool, la mienne en particulier. Il est quand même regrettable, dans le contexte d’un Salon de la sécurité (et notamment, de la sécurité routière) que certains policiers n’avaient pu s’abstenir de boire de l’alcool (bière et vin essentiellement) à dose exagérée (trop pour certains ?). Il leur fallait seulement résister de 10 à 18h30 : ce n’était quand même pas un effort insurmontable, quoique ... Certes, les nombreux représentants de l’ordre en fonction n’étaient pas tous sous influence au point de s’affaler sur le tapis, loin s’en faut, mais suffisamment en tout cas pour que l’éthylotest leur refuse l’accès à la conduite de leur véhicule(à condition bien entendue que l’on ait eu recours à cet appareillage !). Le plus choquant était de voir que des affichettes étaient disposées tout au long du bar ; elles portaient toutes la même mention : « des éthylotests sont à votre disposition ». Vous avouerez avec nous la grande ironie de la situation.

Heureusement, les policiers responsables de l’organisation et auxquels nous avons dû constamment faire appel sont restés sobres, suffisamment en tout cas pour répondre à nos fréquentes (c’est peu dire !) demandes. Merci donc à Messieurs ZYCH, PREVERS, et FRANCOIS, Inspecteurs principaux de la Zone.

 

Et comme d’habitude dans de ce genre de manifestation, l’exemple n’est pas venu de la hiérarchie …

   

Pour que chacun nous comprenne bien, nous dirons simplement que si nous ne sommes pas du tout contre le fait que les policiers s’amusent en d’autres occasions, nous acceptons par contre mal qu’ils consomment de l’alcool (ne serait-ce que de la bière et même en faible quantité) là où ils devraient prôner l’abstinence totale en vue d’une sécurité accrue.  

Pour visionner les photos : cliquez ICI

 

 

Albert Gilliquet

Vice-président du GAR

Retour au sommaire des reportages

Retour à la page d'accueil

 

Groupement pour l'Action Routière -Fondation Frédéric Jacob Commentaires !

Hit-Parade