EN SOUVENIR DE MARCEL HAMENDE

 

 

 

Ce 13 octobre 2006, il y a 5 ans que Marcel se faisait faucher par une automobiliste "distraite". Tu es dans nos cœurs et nos pensées à chaque instants.

Le texte de sa maman

Ton absence

 5 ans que tu n’es plus là

Pourtant tu vis dans mes pensées du début à la fin de mes journées

Ta présence est si constante qu’elle influence mes détentes.

Le soleil et les rires m’agressent, car tu ne jouis plus de leurs largesses.

Tout sans toi est difficile à supporter.

 Tu avais de magnifiques yeux marron, si rares.

Jamais je n’en retrouverai de si beaux.

Ils se sont fermés pour toujours, ces yeux qui inspiraient l’amour.

Tu as emporté avec toi l’éclat de mes yeux à moi.

 Alors, il ne faudra pas s’étonner de me voir changer, puisqu’une partie de moi est morte avec toi.

J’espère que de là-haut, tu m’entends te dire tendrement que je t’aime tellement.

 Je te dis encore que tu me manques, mon grand.

 Je t’envoie mille baisers,

Mon ange adoré

Maman

Pour Envoyer un message de réconfort à la maman de Marcel :

Pour voir les photos de la messe en mémoire de Marcel à la chapelle "Notre Dame en Chemin" à Boncelles :

Cher Monique et Etienne,


Il est toujours très difficile et émouvant d’écrire un texte pour des parents élagués de leur plus belle branche. Je le dédie à toi, Monique et à ton ange, c’est comme cela que l'on nomme souvent nos enfants entre nous. Puisse celui-ci t’apporter un peu de réconfort, ainsi qu’à Etienne.

  - Marcel, où es-tu ? Que fais-tu ?
- Maman, je suis partout !
- Maman, je vis une superbe aventure !

Ton  fils, parti si tôt, ton  enfant si gentil.
La vie ici-bas n'était donc pas pour lui ?
Pardon, si ta maman  pleure, elle a  peur de te faire mal.
Mais c'est toi qui la  rassure encore et toujours.

Marcel, Ton bonheur est-il si grand, vraiment ?
La planète implose, pliée, ployée sous les maux du matérialisme aigu.
Et nous, Vaille que vaille, nous demeurons ...
Et toi, tu es parti, fauché, projeté de ta moto des rêves de ta vie
Dans le fer et le sang de cet horrible accident,

Vers cet univers d'infinitude où l'esprit est roi et l'amour, son prince.

Destinée, hasards calculés ?
Qui a décidé ?
Faut-il tant de souffrance et d'innocents sacrifiés ?
Pourquoi ?

Mais ta maman te croit, tu es son enfant de lumière !
Oui, Marcel , tu as encore raison, vogue et vis cette superbe aventure.
Ton âme illumine notre pauvre univers et ta force bienveillante nous ouvre le chemin !
Tu es là, si près et nous t'aimons si fort !

  Je t’aime fort, ma petite Monique et toi aussi Etienne

Puisse tous nos enfants être ensemble dans un monde meilleur, fait de joie et d’espérance dans l’attente de nous retrouver.

Cécile et Jean-Pierre, parents de Frédéric (Belgique)

Madame,

Juste un petit mot pour vous dire que je penserais à vous et à votre fils Marcel ce 13 octobre. Tant de vies gâchées dues à  l'imprudence de certain, tant de victimes qui sont encore là et doivent continuer de survivre a tellement de haine.

Je vous envoie tout mon soutien en ce triste jour.

 Émilie

Je suis la maman de Jérémy mort aussi par une personne qui ne faisais pas attention au volant de sa voiture.

Jérémy  venait d'avoir ses 8 ans.

Cela fera 4 ans qu'il est mort le 24 mai 2003.

La douleur toujours présente empire chaque jour un peu plus.

Nous parents désenfantés,nous pouvons nous comprendre car nous sommes pareils.

Je suis avec vous pour cette douleur que nous aurons toujours.

Courage,courage surtout pour les autres frères et soeurs. Il faut continuer pour eux.

 Mes pensées vont a MARCEL.

Amitiés  

Maman de Jérémy

 

Il paraît que le temps guérit tout !Mais le temps ne guérit RIEN .IL se contente d'ensevelir les  sentiments .La douleur ,amère, reste intacte . L'impression de progrès vient de ce qu'on apprend à ne pas la montrer .B. Plain .

Nous penserons à Marcel ,spécialement en cette journée .

Michelle et Marc Balleux ,parents de Denis .


 

Chère Monique

 

Plus le temps passe, plus la douleur s’intensifie

L’absence de ton fils unique Marcel

Te plonge dans le désespoir

Tu as beau chercher, il est invisible

Mais au fond, il est en toi

Et il ne te quittera jamais

 

Voici un petit texte pour toi Monique

 

De celui qui vit maintenant tout là-haut.

Je ne recevrai pas de fleur

De celui qui vit désormais dans mon cœur.

C'est bien plus que je reçois,

Il me donne ce qui ne se voit pas.

 

Tu me donnes la force de ton amour

Qui me fait vivre chaque jour.

Tu me donnes le courage de lutter

Pour que tu sois fier de moi.

Tu me donnes la joie de sourire

Pour te faire plaisir.

Car tu me vois !

 

L'amour est plus fort que la mort !

 

Cheminement d'une maman. (Du deuil à l'espoir)

 

Rose-Mary et Arnaldo, parents de Christophe

 

Amitiés à Etienne


Chère Madame,

  La situation douloureuse que vous endurez de la perte de votre fils se ravive chaque année à l’approche de la date anniversaire.

  Le cap des 5 années est aussi particulièrement difficile.

  Je vous assure de mon soutien et de mes pensées pour vous et votre compagnon ; votre fils doit être fier de vous de l’avoir tant défendu et ainsi aimé.

  Bon courage - Bien à vous.

 

Adrien MASSET

Avocat

Professeur à la Faculté de Droit de l'Université de Liège

De tout coeur avec vous en cette journée,

 Oui nos enfants sont tous ensemble, un jour nous les reverrons mais en attendant, voilà, 

que le massacre de la route arrête,  il y aurait beaucoup de parents sans le mal de leur enfant

Je vous embrasse bien fort

Douces pensées pour Marcel qui est là,  pas loin de vous

Janine maman de David

Lille France

Monique, Etienne,
 
Je ne vous connais pas,
Vous ne me connaissez pas,
Pourtant nous avons ce terrible point commun,
Celui d'avoir perdu un enfant...
Pour moi, cela ne fait que quelques mois,
Pour vous, cela fait cinq ans...
Mais que représentent les mois ou les ans
Quand une partie de nous nous a été enlevée?
Cette douleur, ces sensations, ces manques, ces questions...
Qui mieux que nous, Parents de ces chers Anges,
Savons ce que cela peut représenter...
Notre Vie a changé indéniablement, irréversiblement,
Et quoi que nous fassions désormais,
Rien ne pourra nous faire oublier,
Combler ce vide, remplir cette absence.
Quelles que furent les circonstances,
Qui nous ont arraché cette partie si chère et si tendre de nous,
Nous devrons continuer sans leur présence, leurs rires, leur gaité.
Les mots semblent si vides de sens quand on veut évoquer leur absence.
Mais, parfois, j'ai la Foi, et très souvent, je crois que dans le ciel, tout là-haut,
Nos enfants sont heureux et vivent quelque chose de merveilleux.
Nous n'étions pas voisins, nous n'avions rien en commun et 
probablement jamais nos chemins n'auraient dû se croiser.
Et pourtant ce matin, je vous envoie un peu d'Amour, d'Amitié, de Courage pour que vous puissiez continuer votre route,
Sans votre Marcel à vos côtés, mais je suis sûre, que quoi que vous fassiez,
Il est là, proche de vous, fier de qui vous êtes
et heureux de savoir à quel point
VOUS L'AIMEZ.
 
 
 Nadine, Maman de Coraline.
 

Milles pensées... et tenez-bon...

Francis (Sausset les Pins - Bouches du Rhône) le papa de Jean-Sébastien

http://jean-sebastien.sausset.chez-alice.fr/js.htm

Bonsoir Chers Parents,

Nous sommes à vos côtés par la pensée en ce triste jour qui a emporté votre rayon de soleil, votre énergie - tout comme nous également.

Il est vrai que la vie s'est arrêtée le jour du drame, les mois et les années s'écoulent et on a la sensation que c'est simplement une très longue journée car une seule pensée nous habite, l'Amour de notre enfant, parti bien trop tôt...

Cinq années, et combien de larmes versées pour Marcel Adoré.

Douces et Affectueuses Pensées pour Marcel et ses parents.

Denise (maman de Christophe)

www.chris-elo.com

Chère Maman de Marcel,

5 ans, cela fera 5 ans pour nous aussi en avril prochain. Le temps passe, mais rien ne change. Le nombres des années ne changera rien à notre douleur. Cette absence que nous devons apprivoiser avec tant de mal. Tous ces petits bonheurs que l'on voit autour de soi et qui font mal, car nos enfants n'en profitent plus. C'est dur.
Je suis de tout coeur avec vous. Marcel est dans votre coeur, et j'essaie de me dire que tout ce que je vois, je le vois pour deux. C'est ma thérapie, mais la douleur est là, si présente.
Je vous embrasse. Douces pensées pour Marcel.


Nicole, maman de Véronique, assassinée par un malade mental.
http://cheznounouche.com



Chère Monique, cher Etienne,
 
Il y a bientôt 6 ans que j' ai perdu mon fils accidentellement, il venait de fêter ces 18 ans
(le 20 octobre 2000 et il est parti également avec sa moto le 29 novembre 2000 pour ne
Jamais revenir, victime lui aussi d' une personne distraite de 80 ans)
Ces jours ne sont pas faciles. Mais ce qui me réconforte maintenant c' est que nos enfants
Roulent ensemble, cheveux au vent.
Vous devez vous fixer un but et ce but est de devenir  vous-mêmes,
De réussir à "revivre" et ne plus vouloir fuir...
Car comment rendre heureux, si on est malheureux?
La réponse est la volonté, l' envie de vouloir aimer, le besoin
De se montrer, le besoin d' aimer...
Prenez le temps de vivre comme vous le voulez, pour vous
Prendre soin de vous, tous cela ne sera que bénéfique.
Egoïste cela peut-être défini, mais, c' est ce qu' il faut parfois dans
La vie. Penser à sa personne, savoir dire non quand on nous questionne...
C' est un passage dans la vie, c' est un passage pour avoir une
Meilleure vie...
.
Courage.
 
Patricia (maman de Grégory)



Je sais ce qu'est la douleur de perdre un enfant. Le mien est parti depuis 19 mois, c'est comme si c'était hier. Nous sommes si seuls. Oui, bien seuls.  Alors de ma souffrance, je pense très fort à vous et vous embrasse très fort.

Courage, car il en faut? 

          ELISABETH LA MAMAN DE CHRISTOPHE VALETTE

 

13 Octobre 2006

Hommage à Marcel

Nous avions chacun une vie qui semblait équilibrée… un peu d’amour, un peu d’espoir, un peu de rêve. Nos enfants nous disaient : j’ai … ans, j’ai tout le temps devant moi, pour réaliser mes rêves.
Bonjour la vie, adieu tristesse et puis ....adieu Amour bonjour Tristesse …
Il nous semblait que la fin du monde était arrivée !
D’un diable venant du ciel et l’autre de la terre unissant ses forces pour un départ forcé , la souffrance est née. Cette union comme une balle perdue qu’on a prise en plein cœur sans savoir d'où vient-elle ni pourquoi nous sommes visés ?
Sur le coup, la douleur et la brûlure intense et aiguë comme une braise à l’intérieur du cœur, empêchaient de comprendre réellement la gravité de cette blessure si profonde qu’on ne mesure pas l’étendue du drame, ce n'est qu’avec le temps, qu'elle devient une gangrène envahissant tout l'organisme qui meurt à petit feu… Dans cette horrible violence gratuite, cette coupure brutale , métamorphosé , même les survivants sont socialement morts !
Ce n’est pas une décision facultative , on est écorché vif. Car nos enfants sont massacrés dans une indifférence généralisée ! Et la société n’avait encore pas pris conscience de la gravité des faits. Oh , que c’est dur de ramer sur la terre sèche ! Ceux qui seraient tentés de minimiser nos malheurs se trompaient lourdement….
C’en est fini du bonheur ! On ne s’en remet pas ! Elle apporte des changements de direction, voire des bouleversements et des conséquences chaotiques et désespérées. Il y a encore un pas, faut-il le franchir ?
Nul n’échappera aux crises morales existentielles, quelle que soit sa solidité…Les progrès seront lents, imprévisibles et incertains, on est engagé dans une voie qui conduit à une impasse douloureuse…
Donnez-moi une bonne raison de se tenir encore debout, si ce n’est pour sauvegarder la mémoire de nos enfants avec un Amour indescriptible et sans mesure, afin de l’empêcher de mourir. En toutes circonstances, quoi qu’il arrive, jusqu’au dernier soupir, nous ne les laisserons jamais sur le bord de la route ! On dirait : nous sommes venues au monde pour ça !
Je vous adresse un message de courage en espérant de tout cœur que votre vie ne ressemble pas à un désert sans horizon.
De tout cœur avec vous en cette triste journée où votre vie a basculé. Tendres pensées vers votre fils unique Marcel , une étoile dans un pays lointain.
 
Lili maman d’Atta OLOUMI "  mon unique enfant "
tué par une meurtrière impunie.
 
www.attaoloumi.net


Bonjour quel bel hommage que vous avez fait pour votre fils, j'aurais écris aussi la même chose.

 Nos fils avaient toute une belle vie devant eux comme je vois nous sommes deux mamans désenfantés oui les pensées sont 24 heures sur 24 mais ces dates d'anniversaires on aimerait pouvoir passer par-dessus.

 Une pensée très très spéciale pour votre fils Marcel

 Affectueusement 

Dominique la maman de Sébastien Canada 


Chère Monique, Cher Etienne,

 

Vous le savez peut-être : je ne suis pas parent d'un enfant que la route a tué. Pourtant, après ces quelques années passées auprès de vous tous, je commence seulement à mesurer l'étendue de votre douleur, de votre chagrin. Je crois enfin savoir que la perte d'un enfant,, quelque soit son âge, est une peine à nulle autre comparable, comme d'aucuns cherchent à nous le faire croire.

Dans votre cas précis, je ne peux voir un motard sur la route, sans presqu'automatiquement songer à Marcel et je pense très souvent qu'en cas d'accident, les voix du peuple, dans leur grande majorité, s'élèveront pour dire :"c'est l'homme à la moto qui est responsable", sans  avoir pris la peine d'analyser toutes les circonstances du drame, parfois même sans du tout les connaître. Alors que Marcel, en motard averti qu'il était, n'a fait que subir l'inconscience d'une automobiliste qui l'a tué "par défaut de prévoyance ou de précaution". Mais que cette expression de jugement est froide et inacceptable pour des parents tant est grand son caractère implacable : mais c'est ça, la justice alors qu'il n'y a rien de juste, au con,traire, dans semblable tragédie.

Par ces quelques mots, je souhaitais surtout vous dire que j'étais à vos côtés et que j'avais pour vous, de sincères et profondes pensées qui ne vous aideront certes pas à traverser cette épreuve : au moins, vous saurez que vous ne demeurez pas seuls à affronter cette profonde tristesse qui est la vôtre. C'est peu, je sais, mais je souhaite que cela vous rassure, même rien qu'un peu, quelque part.

 

Albert GILLIQUET


 

 

 

Retour au sommaire

Retour à la page d'accueil

Commentaires !

Hit-Parade