Tu fais partie de ces êtres brillants le cœur rempli d’amour pour les autres.

Tes rayons bénis versent sur nos vies à chaque heure leurs divines lueurs ;

Ta lumière continue de briller et nous vivons à travers elle.

Un an ce 11 janvier que tu nous a quitté, victime innocente de la route

 

Catherine,

 

 

Ta soif de connaissances intellectuelles et spirituelles
t’ont permis d’être celle avec qui beaucoup aimaient partager
un moment.
Le 11 janvier 2005, tu allais rejoindre papa dans ce monde dont
tu parlais avec tellement d’aisance.
Là-bas, tu nous aimes, tu nous guides et tu veilles sur nous.

Nous t’aimons.

 

Nous remercions chaleureusement toutes les personnes, qui depuis un an nous ont soutenus et aidés .

 

Maman,  Isabelle, Pascal et ta famille.

 

En sa mémoire deux  messes seront célébrées :
Ce dimanche 8 janvier 2006 à 11h15 en l’église paroissiale de Nadrin.
Le vendredi 27 janvier 2006 à 18h30 en la Chapelle « Notre Dame en Chemin » dédiée aux victimes de la route à Boncelles. (Route Liège-Marche, après le dernier feu)

 

Pour envoyer un message de réconfort à la maman et la famille de Catherine

 

Chère famille de Catherine,

On se connaît bien maintenant, et au travers de toi Isabelle, sa soeur, j'ai l'impression de connaître aussi Catherine.

Une belle jeune femme pétillante de vie et de joie de vivre. Elle est partie travailler et n'est jamais rentrée, un camion s'est trouvé sur la route pour votre plus grand malheur. Je sais la souffrance de sa maman , elle est inconsolable, mais je sais aussi votre souffrance à vous tous, ainsi que vos enfants. J'aurais une pensée pour le petit copain de Catherine à qui, je suis certaine, elle manque énormément. 

Nous voulons vous dire que nous sommes en pensée avec vous, ainsi qu'avec notre coeur et que vous nous trouverez toujours si vous avez besoin de nous. Nous dédions le texte qui suit spécialement à la maman de Catherine, mais aussi pour vous, ses frère et soeur...

 Oui, la souffrance à la perte d'un enfant est énorme et la douleur est très profonde. La consolation est difficile, nous sommes inconsolables. Dans la plupart des cas, notre entourage ne comprend pas très bien ce sentiment " inconsolable. " Il faut vivre la mort de notre enfant dans la douleur de notre chair pour comprendre. C'est pourquoi nous les parents qui avons perdu notre enfant nous nous comprenons si bien.

 

 La mort d'un enfant, c'est la mort impossible, inacceptable. " Il n'est plus " sont des mots qu'on ne prononce pas et qui à nos yeux, ne pourraient exprimer qu'un mensonge. Cela, je pense que tous les parents frappés du même coup l'ont ressenti, mais pour l'immense majorité, c'est le souvenir qui aide à la résurrection : les morts sont de ce monde aussi longtemps qu'on les garde dans notre mémoire.

Un enfant perdu qui vit dans notre pensée quotidienne, et là seulement, c'est un peu comme si de nouveau, nous le portions en nous, mais cette fois pour ne jamais le mettre au monde. Il devient notre fantôme intérieur.

Personne ne survivrait à la disparition d'un être cher, un enfant surtout, si au fond de l'âme ne surgissait l'intuition très souvent fulgurante, que nous ne sommes pas totalement séparés. Sans l'assurance d'une "ré-union possible," l'arrachement serait intolérable.

Nous avons aussi l'intuition que notre enfant nous guide et dans notre douleur nous évoluons, notre vie change, nous sommes plus réceptifs à la douleur des autres et moins attachés à ce qui est matériel, car nous comprenons mieux que tout ça ne sont que des futilités que nous laisserons en partant les rejoindre. La question du sens de la vie s'impose et demande une réflexion : Qu'est-ce que la vie ?

Il n'y a ni folie ni bêtise à croire à une autre Vie... où vont ceux qui nous quittent et où nous les retrouverons.

Si la mort était quelque chose d'absolu, la vie n'existerait pas.

 

Cécile et Jean-Pierre Jacob - parents de Frédéric ( Belgique)

Pour la maman de Catherine et sa famille

 

de tout coeur avec vous en cette terrible journée où votre vie a basculé

la vie n'est jamais plus comme avant, cette souffrance perpétuelle est là mais avec le temps nous apprenons à vivre avec cette souffrance comme le dit si bien Cécile nous portons encore notre enfant mais pour ne jamais le mettre au monde.

Je ne sais pas pourquoi on nous inflige une telle souffrance mais ce que je sais c'est que nos enfants continuent de vivre dans un autre monde et qu'un jour nous les reverrons

Tendres pensées pour Catherine

Je vous serre tous contre mon coeur de maman

 

Janine maman désenfantée de David (France)

A la maman de Catherine, à ses proches,
 
Je ne vous connais pas beaucoup mais cela suffit pour que je me dise bien souvent "je connaissais Catherine". C'est une impression étrange que cette sensation d'apprécier quelqu'un sans jamais l'avoir croisé. Il faut dire que ses qualités étaient grandes, je le sais.
Mais c'est aussi une réelle tristesse que regretter Catherine alors que je n'aurai jamais l'occasion de lui parler. Alors, trouvez tous dans ces quelques l'expression de mes sentiments les plus cordiaux et en cette pénible période, sachez que des gens que vous connaissez à peine sont à vos côtés et partagent votre douleur. Croyez bien que je fais partie de ceux-ci.
 
 
Albert GILLIQUET
Vice-président du GAR

Pour la famille de Catherine,

Je suis de tout coeur avec vous sur ce parcours semé d'embûches où nous cheminons en trébuchant souvent. Cela fait 3 ans et 8 mois que ma Véronique est partie, et je sais ce que douleur et révolte veulent dire.
Je vous souhaite un peu de paix et de sérénité. Ce premier anniversaire arrive et cela sera dur. Mes pensées s'envolent vers Catherine .

Je pense à vous


Nicole, maman de Véronique
(France)

 

NE ME DITES PAS.

 

Ne me dites que la vie n'est pas cruelle

Elle l'est d'autant qu'elle n'est belle

Elle riait en m'arrachant les ailes

Ne me dites pas que c'est moi qu'elle aime

Cela me ferait encore trop de peine

Car je rêve encore de ces mains qui la touchaient

Ne me dites pas qu'elle pense encore à moi

Elle a fait déjà assez de dégâts à nous parents

En nous reprenant nos enfants

Attendez que tout cela me laisse froid

Ne me dites pas que tout s'arrangera

Je l'ai dis à d'autre tellement de fois

Que cette fois même moi je n'y crois pas

Ne me dites pas que mon coeur pour mon

enfant ne battra plus

J'ai trop peur qu'il ne devienne froid

Je sais ce que la vie ne voulait pas  de moi

Et ça je ne le changerai pas

Alors s'il vous plaît arrêtez de me dire n'importe quoi

Mais j'aimerais ne fut ce qu'une fois

Encore entendre un frissonnement de mon enfant

et de la vie d'autrefois

Cà s'il vous plaît dites le moi.

 

Avec toute mon affection

Patricia BODART - maman de Grégory FORAIN - Belgique

Cécile,

 Par ton intermédiaire, je souhaite apporter un message de réconfort à la maman de Catherine, qui comme moi, a perdu la chair de sa chair à cause d' un camionneur "distrait".

 Dis lui que je pense à elle en ces jours pénibles; que Kévin aurait eu 22 ans ce 4 janvier.

Dominique, maman de Kevin (Belgique)

En cette triste journée sachez que je suis de tout coeur avec vous. Le temps passe, mais notre douleur est bien présente. Toutes nos pensées se dirigent vers nos enfants  qui sont devenus bien trop tôt des anges. Nous apprenons à vivre avec notre peine, mais à quel prix. Tout a basculé pour nous. Puisse  votre jolie Catherine vous accompagner tout au long de cette journée. Je vous embrasse et vous souhaite courage

Lucienne, maman d'Eddy (Belgique)

Il y a un an aujourd'hui les cendres de notre fils Pierre 23 ans étaient dispersées(également victime de la route).Il m'a fallu des mois pour réaliser l'impensable! le choc est terrible. Nous sommes amputées d'une partie de nous , l'horloge c'est arrêtée il y a un an. Nous ne sommes pas toujours comprises car pour d'autres la vie continue et il faudrait tourner la page  impossible ,mais il y les personnes qui comprennent et qui nous soutiennent merci à elles , elles sont nombreuses un réconfort pour nous parents .Je pense que nos enfants disparus vivent en nous nous devons continuer à leurs parler et à parler d'eux , je sens que mon fils est parfois à côté de moi et qu'il me dit aller m'an alors je me redresse . mes pensées sont avec vous.

 Marie-Ange, maman de Pierre (Belgique)

Je suis de tout coeur avec vous et souhaite vous transmettre plein de force et de sérénité pour affronter cette journée d'anniversaire du départ de Catherine. J'ai moi aussi perdue ma fille Sarah dans la même période en 2004 et cette citation qui suit, me donne courage pour faire face :
 
" Le malheur de t'avoir perdu
ne doit pas nous faire oublier
le bonheur de t'avoir connu "
 
 
Reposes en Paix, Catherine
 
Amicalement
Yvette, la maman de Sarah (Suisse)
http://www.sarah-stragiotti.org

Bonjour

 

pour moi aussi cette date est période de tristesse, ma puce a moi nous a quitté le 10 janvier 2002 c'est le verglas qui nous l' a prise , elle est morte sur le coup contre un platane .
Mais je vous promet que  le temps fait bien les choses et même si parfois j' ai encore envie  de crier ma rage à la vie  et que mon coeur saigne toujours , je pense de plus en plus à elle avec un grand sourire et remercie le ciel de nous l'avoir confié pendant 26 merveilleuses années
je vous souhaite beaucoup de courage pour les jours à venir, je suis de tout coeur avec vous
 
Amicalement
Marie Rose (France)

Pour Mme Baland et sa famille

 

Message à Catherine

 

Bien sûr, tu ne nous connais pas, et tu dois te dire : qui sont ces gens ?

Notre fils unique Christophe est là-bas, avec toi et les autres enfants

Toutes victimes d’un chauffeur ou plutôt d’un chauffard

Ce pays est si lointain, qu’on n’en revient jamais

Nous avons fait connaissance de ta sœur Isabelle

Et de ton beau-frère dans de tristes circonstances

« Dans la Chapelle Notre Dame en chemin »

Un endroit de paix et de quiétude pour les parents

Les frères, les sœurs, les cousins ou autres amis

Qui ont perdu un enfant, un proche ou un ami

Tu étais une fille exceptionnelle, nous a dit Isabelle

Tu avais choisi le métier difficile d’infirmière en soins palliatifs

Ton premier patient a été ton cher papa

Tu l’as soigné avec amour

 Puis, un jour un « chauffard » t’a ôté la vie

Quelle douleur et quelle souffrance, ta famille doit endurer

Nous les comprenons, puisque nous sommes dans le même cas

Donne leur la force de continuer le chemin

C’est si difficile de comprendre que tu ne sois plus là

Ta famille est en soins palliatifs pour toujours

 

Mr et Mme D’Amario-Paquay (parents de Christophe+)Belgique)

 

De tout coeur avec vous en ces dates si pénibles, nous qui avons le coeur meurtrie d'avoir perdu notre enfant
courage
poutous de toulouse

Momo, la maman de Seb

10 janvier 2006

Hommage à Catherine

Quel horrible cauchemar, la perte d'un enfant.

Face à ce drame inadmissible à tout point de vue , rien ne saurait justifier.. Je connais toutes les douleurs que l'on éprouve chaque jour de l'année, dans ce monde de fou et pure sauvagerie humaine.

Je vous souhaite beaucoup de courage pour supporter insupportable dans la poursuite de votre longue route brumeuse..

Avec sincérité je partage votre peine en cette période particulièrement pénible.

Une pensée affectueuse d'une mère désenfantée pour votre Adorable Catherine, qu'elle devrait vivre 82 ans ,non 28 ...

Lili la Maman d'Atta

France

Lettre à Catherine

Ne plus parler de toi serait te tuer une deuxième fois

Ta maman t' a donné la vie

Ton Papa un nom

Mais cet assassin ne te prendra jamais ton nom

Aveuglés par leur yeux remplis de larmes

Ils ont pris les bonnes armes : les sites des victimes de la route

Je te connais a travers le site de  Cécile JACOB

Tes yeux magnifiques

Ton si joli sourire

Comment ne pas être révolté par ton départ

Ta courte vie sur cette terre marquera à jamais ta famille

Tu es désormais dans ce grand Paradis blanc

Je te parle comme si tu étais toujours vivante

Pour moi tu dors , tu n' es pas morte

Peut être es tu avec Dominique

Permettez moi de vous embrassez très fort

Je partage votre immense peine

Geneviève maman de Dominique (France)

 

Chère famille

Mon nom est Claude, je  compatis avec cet énorme malheur, d'autant plus que j'ai été victime, moi aussi, d'un accident de la route et que je m'en suis sorti, tout cassé en fauteuil roulant, mais vivant ce qui doit être le principal. Je suis un papa désenfanté d'Evelyne, enlevée à la vie par un cancer à l'âge de 28 ans. Certes, les circonstances ne sont pas les mêmes que vous, mais ma souffrance est intense.

Je suis de tout coeur avec vous

Claude (France) un ami internaute de Cécile

A la maman de Catherine, à ses proches,
 
 
 
L'hommage rendu à Catherine me donne l'impression d'apprendre à la connaître...
 
Devant ce douloureux coup du sort qui a frappé votre famille, je suis bouleversée... Les mots me manquent pour vous exprimer pleinement toute mon affection et mon soutien.
C'est pourquoi je vous dédie ce petit texte. Et au travers de vous, je le dédie aussi à Catherine...
 
Rien q'un petit mot
pour te dire que l'on ne t'oubliera pas,
que l'on se souviendra toujours
de ton sourire radieux.
 
Rien qu'un petit mot
pour te demander de nous aider à surmonter
les rudes épreuves d'ici-bas.
 
Rien qu'un petit mot
pour t'implorer d'effacer les fissures
les injures, les obstacles, les incompréhensions
Pour te rappeler que l'on compte sur toi
que l'on a besoin de ta force
 
Enfin, rien qu'un petit mot
pour t'affirmer que l'on t'aime
que le plus grand palais, que le plus pur rubis
n'est, en comparaison, qu'éphémère beauté 
 
 
Perdre un enfant, c'est perdre le plus beau cadeau de la vie... Face à une telle injustice, face à une telle souffrance, les mots manquent...
Votre courage me touche profondément. Je tiens à vous exprimer tout mon soutien et je reste à votre disposition à chaque étape de ce combat mené en mémoire de Catherine.
 
 
Bien à vous,
 
Rachel MAGER
Psychologue Bénévole du GAR
0474/788069
rachelmager@yahoo.fr

REtour au sommaire

Retour à la page d'accueil