grandeimage.jpg (92139 bytes)

EN SOUVENIR D'ATTA OLOUMI

miniligne.gif (2197 bytes)miniligne.gif (2197 bytes)miniligne.gif (2197 bytes)



miniligne.gif (2197 bytes)miniligne.gif (2197 bytes)

En souvenir de mon fils unique Atta Oloumi

   Tué le , 26 novembre 1999  dans un  « accident »

 de la route par  une  meurtrière  impunie !

 

Si vous décidez de suivre un bout de chemin avec moi en plongeant dans le plus profond de son être, un cœur meurtri, soyez patient. Vous y trouverez les mots que je vous ai volé de votre bouche, ou peut-être, j’ai fais un tour d’horizon dans votre tête et dans votre cœur. Les sept ans de malheur que je me suis préparés sans économie de mots, pour contempler face à face où le passé ressurgit.

C’est la voix du sang qui parle…

 

A mon grand trésor, à mon fils si sage,

Avec la compassion, je vais lui rendre hommage.

 

Mon petit prince s’en est allé vers d’autre cieux, vers d’autres vallées, là où on dit que l’on est toujours heureux, là où le ciel est bleu, là où je ne le verrai plus.

Il s’est endormi à jamais dans cette nuit, une nouvelle étoile luit.

Lui qui avait la tête dans les étoiles mais les pieds sur terre, à la découverte de son univers pour être utile comme un livre ouvert. Des années d’études et de préparation pour échouer si près du but .

Étant en avance de quelques décennies, doté la nature de sagesse indéfinie. Un bourgeon à mi s’épanouie, il n’a pas pu construire même pas un petit nid. L’enfant que j’ai mis au monde d’un Amour infini, en le protégeant de toutes les tyrannies, je l’ai enterré sans cérémonie…

 

Dans cette nuit d’automne la terre tremblait, tout s’effondrait, le monde s’écroulait, ma vie a basculé. Je vois le lieu fatal d’où son sang s’écoulait.

Du sang, des  innocents, la terre maculait…

 

Une question qui me hante sans réponse cohérente : Quel Diable sanguinaire, Sadique et Criminel se réjouisse de nos souffrances ? Ma colère me ronge en nouant ma gorge, d’absence de vengeance !

Dans cet univers, au milieu du désert, j’ai la tête à l’envers. Seule, sur une planète où la solitude n’a jamais rimé autant avec la souffrance soumis à la violence. Le sort m’est trop cruel pour être  indulgence. D’un Amour infini, je lui ai donné naissance, et entre mes bras remplis d’Amour, il a passé son enfance. Nul n’a jamais connu autant de souffrance, l’Amour maternel me plie de poids son absence. Rendez-moi l’unique appui de mon existence, je serai votre esclave en signe de reconnaissance...

 

L’Amour maternel, mystère de l’univers, n’aura pas d’autres dieux que cette bannière, emportant avec lui le soleil, la lumière , ne laissant derrière lui qu’un fragment et  poussières.

Goutte à goutte, l’eau de mon corps, sorte de pleurs ne pouvant rien faire contre la mort, ni accepter mon triste sort , en voyant mon sourire qui s’endort et la douleur qui transporte mon malheur. L’Amour assassiné, la vie brisée, le cœur arraché, le cerveau démoli au bord de la folie…

 

Le rêve le plus fou que je puisse avoir, est de m’envoler dans les nuages, dans les étoiles, casser les barrages, avec une seule image, revoir à nouveau ton magnifique visage dans les paysages. C’est comme cela que j’envisage le grand voyage. Va-t-elle croisière de mon rêve tourner au naufrage ?

Mon cœur débordé de tendresse refoulée….Tout ce que j’ai construit s’ébouler. Ton Amour amplement me suffirait.  Quel bonheur surhumain doit m’inonder le cœur quand dans mes bras je puisse te serrer ?

 

Je ne connais que l’Amour fou, le reste du monde je m’en fou. C’est mon cœur que tu retiens sans toi moi je suis plus rien. Avec toi, il ne me manquait rien. Je n’étais que l’ombre de toi ne pouvant vivre sans toi ! Respiré l’air que tu ne le respire pas. Marcher chaque jour sur tes pas.

C’est à toi que je m’adresse, toi qui connais toutes mes faiblesses. Tu es l’Amour et la Sagesse, c’est la raison de ma perdition et de ma détresse. Tu es mon Dieu, invisible à mes yeux. Tu es ma Foi, tu habites en moi. Souviens- toi, je suis encore là et folle de toi. Lasse de traîner derrière toi au rythme de mauvais pas, je tombe de plus en plus bas. Ta mère à toi ne mérite pas ça !

 

Oh !! Mon Amour, ne me laisse pas mourir à pas de fourmi, en faisant chaque jour le même chemin à parcourir. Je t’en supplie, viens, cherche-moi plus fort, cherche-moi de tout cœur, je t’attends au seuil de la porte…

 

Engager dans une petite passerelle, la vie qui était si belle, sans toi est devenue une vaste poubelle. Quand vient le soir, au rendez-vous des sans espoirs, écoute et vois le secret de mon cœur. Malgré mes pleurs et mes douleurs, ton Amour se situe au plus profond de mon cœur. Précieux trésor scintillant dans cette grotte obscure, sur mes parcours et périlleux chemins, qu’elle étanche tous mes chagrins.

Mon Fils, mon Amour, mon Soleil et ma Lune, seigneur de mon cœur ,qui me comblait le bonheur , je te fais serment jusqu’au dernier jour de mes jours que je t’aimerai autant chaque minute de chaque jour, de tout mon cœur, de toute mon âme, de toute ma force vitale jusqu’ au jour fatal.

 

Je frémis à penser à ma terrible aventure qui jeta du désordre même dans la nature. Dans un passé récent, d’un départ bouleversant, le Diable est venu à décerner la médaille. La médaille de damné à cette déchaînée, qu’elle te baignait dans ton sang d’une brutalité sanglante, se dressait sur ton chemin en te dessinant un cruel destin qui a supprimé ton nom de la liste des terriens en m’ouvrant la porte devant étouffant  chagrin.

A l’évidence, mon remord mêle au drame, pour l’ultime voyage, j’ai raté le train …

 

Alors mon Amour, dans le chaos de ma tête, je butine, l’images d’une violence dites routine, imprimées sur ma rétine. L’enfer et le mélo, j’en ai en prime. Brûlant comme une flamme, le cœur et mon âme, épuisés par chagrin n’attendant plus rien, ni le Dieu absent, ni l’espèce humaine! Est-elle une erreur du destin ou une négligence  humaine ?

Dans ce pays de putain, bourrée de crétins, il faut être délinquant, alcoolique, névrotique, drogué, aliéné, négligeant surtout pas brillant pour avoir la vie sauve, protégé par les fauves…

 

Ta vie a vendu à une putain inconnue, mes  rêves et mes vœux, un si posant fardeau, pour compléter le tableau, celle qui t’a  fait souffrir. Je lui fais la peau. T’était un physicien mais pas un magicien, ne te reproche rien. Nul ne peut sauver sa vie, face à un assassin !!

 

Malgré l’apparence, je hurle en silence, agitant dans tous les sens c’est  ambivalence. De temps à autre, au sens de détresse, je pousse un cri pour mettre en évidence ma douleur intense, de ce monde d’insouciance sinon indifférence : «  Arrêtez votre discours politicien, vous qui vous avez le sang d’innocent sur les mains, conduisez-vous  comme un être humain cessez les massacres de nos gamins ». Mais quelle insolence de dompter sa violence de pouvoirs nuisances, nous exécute au silence qu’on l’appel « justice ». Cette odeur amère est d’assez grand supplice, quand tout s’éternise….

En vos noms et au mien, de tous ces accidents mortels qu’on a exprimés par des spectres solaires d’un Amour suprême à des corps inanimés. En moins d’une décennie, une génération future a été supprimée ! Dans la mémoire république sont-elles imprimées ?

 

On donne bien souvent de divers noms aux choses, des épines pour moi, ceux que nomment des roses, quand chaque anniversaire sur la tombe d’enfant, on la dépose et en attendant qu’il vienne la contempler, on l’arrose...

 

Je marche sous la pluie dans la boue, dans la nuit, mes soins et mes travaux ne verront aucun fruit, pour soulager mes ennuies. Clore mes tristes jours et mes ténèbres  nuits. Arrêtons les déclins, avenir incertain, prenons l’ altitude sans inquiétude, au paradis ou l’enfer, ou d’autre planète, mais loin de cette terre. Aide-moi à monter au-dessus des murs , des murs de ma prison qu’elle m’en poison, pour mille et une raison.

J’en ai gros sur le cœur remplie d’Amour, et de malheurs. Tous mes rêves volés quand tu t’es envolé. Roc dynamité, devenu d’argile, plus que fragile au gré du vent qui m’emporte autant au-delà d’océane , par les vagues incessantes en me brisant, par les déferlantes, accrochée à néant !

 

Libérez-moi comme un oiseau, un oiseau en cage, mâchoire serrée, je suis égarée dans une vaste forêt, sèche et affamée. Dans mon tourbillon plein d’émotions en éruption, d’une seule obsession, je rêve de fusion, d’être avec toi, où que tu sois, convergeons nos voies visant le même toit. Courrons vers le même chemin, où on a tous le même destin, sans souci du lendemain. Fuyant les horreurs, sans aucun remords, dans un monde meilleur. A cet espoir si doux j’abandonne mon âme, essuyant mes larmes. Ma tête sur ton épaule, mes bras au tour de ton corps, avec tant de chaleur, pour sentir ton odeur, quand tu t’accrocheras à mon coup, au-delà de la mort, je fondrais de Bonheur, je fondrais de Bonheur….

 

Regardant aux alentours, sans faire demi-tour. Une parenthèse fermée, une vie inachevée, une fleur arrachée, mon jardin saccagé. Une avalanche de rage, elle m’avait fauché quand  « affaire classée » et personne n’a bougé. On n’y a même pas songé, dans son propre sang, un géant plongé. Auteur de crime immédiatement relâché, c’est une protégée dans le camp des bouchers.

 

Terminons sur une note. Tous ceux qui sont coupables, aux yeux de la justice qu’elle prétende aveugle, ils sont pas punissables. Erreur ou ignorance, la pire de souffrance, se sera le silence des autorités. Ce n’est guère honorable, plutôt méprisable, face à cette criminalité font des meurtres publics avec impunité d’y rester inébranlable ! Ce qui est impensable dans une solitude ingérable plus que vulnérable, jamais en ma faveur se rendit secourable. Parole de ta mère vécue dans l’enfer, c’est indéniable.

 

Laissons ces animaux dans leur pâturage fier de leur marécage. J’ai une tonne de message pour les gamins de tous âges qu'ils s’en étaient allés vers d’autre rivage avant d’atteindre l’âge. Mettons un point final en guise de passage sur cette terre des sauvages.

Viens mon Amour, prends ma main, montre-moi le chemin, rien sur cette terre ne me retient. Ouvre-moi des ailes, apprends-moi à m’envoler. On va s’en aller vers d’autre vallée…

Diable, que Dieu est puissant, il y eut 4 personnes dans cette horrible  collision  et un mort, c’est  mon  enfant, celui  qu’ il n’a  pas  bu !

 

Lili Maman d’Atta OLOUMI ..Folle de lui

Web : www.attaoloumi.net



Pour envoyer un message de réconfort à la maman d'Atta

     

Chère Lili

Depuis plusieurs années déjà, nous nous connaissons par mails, combien en avons-nous échangés ? Quelque soit la quantité, ils ont créés entre nous des liens d'amitié, de compréhension et d'entraide. J'espère que nous aurons le bonheur de nous rencontrer un jour.

Saches que je serais en pensée avec toi dimanche, jour pénible om l'absence se fait encore plus cruelle. Je te dédie ces quelques mots avec toute mon affection et en pensant à ton ange.

Comment le dire

Comment décrire sa peine ?
Face à un immense chagrin…
Comment traduire son désarroi ?
Comment faire savoir ?
Que notre cœur se désagrège…
Que notre corps part en morceaux,
Que nos larmes ne soulagent rien,
Comment définir ce grand vide ?
Qui nous envahit…
Que les jours passent,
Vers l’infini,
Mais rien ne remplace,
L’absence,
De l’être qui nous a quitté…
Comment faire savoir au monde entier ?
Que notre âme est une auréole,
De tristesse, de mélancolie…
Qui pourra comprendre, savoir ?
Hormis celui qui l’a subi,
Soulager nos cœurs, nos corps, nos âmes,
Par nos écrits, nos cris, nos larmes
Et de l’amour
De ceux qui nous entourent….

Cécile et Jean-Pierre Jacob - Parents de Frédéric (Belgique)

Je suis la maman de Jérémy
 
Votre fils qu'il est beau.
Je ne sais quoi vous dire. Car je suis comme vous. Dans la même peine,même tristesse.
Même révolte.
Vous avez le courage de vous battre. Moi,je ne l'ai pas. Je reste dans ma peine et mon chagrin.
 
Une grande pensée a votre joli fils.
 
Chère LILI,je suis avec vous.
 
Je vous embrasse fort
 
Claudine maman de Jérémy (France)

 

Une pensée, une fleur, la flamme d'une bougie chacune de ces choses est un souvenir de lui, un peu de douceur dans votre coeur meurtri, nous pensons à lui.

 

YVETTE maman de Philippe (Belgique)

Hier c' est vous qui m' avez envoyé un message, aujourd'hui en ces jours si difficiles sachez que nous pensons a vous.
Quentin et Atta ont rejoins un grand nombre de victimes de la route, c' est un vrai gâchis. Maintenant c' est eux qui veillent sur nous.
Je vous embrasse.

 

Denise maman de Quentin (France)

Madame, Chère Lili,

 Je me permets de vous appeler par votre prénom tant il m'est familier, et c'est bien cela l'incohérence de la vie : à la limite, et vous excuserez cette formule, j'aurais tant souhaité ne pas vous connaître, tout au moins pas dans des conditions aussi dramatiques, aussi tristes. Vous comprendrez assurément les raisons de mon attitude, trop franche et trop directe peut-être : sans la mort tragique d'Atta, nous serions ailleurs que devant la "toile" et moi, j'aurais probablement autre chose à faire que vous écrire pour rendre hommage à ce fils tant regretté et tué dans un accident de la route. Mais ne vous y méprenez cependant pas ; je rédige ces quelques lignes sans contrainte aucune, sans effort, et avec le réconfortant sentiment de me rapprocher de vous. En essayant de vous aider, comme je peux et dans la mesure de mes modestes moyens. Si je n'y parviens pas, ce n'est pas trop grave car vous saurez au moins que des "gens", moi par exemple, sont auprès de vous et pensent à vous, à votre douleur et à votre chagrin. Je ne serai pas présent ce dimanche, physiquement du moins, mais mes pensées, si loin soyez-vous, iront vers vous et vers Atta.

 

Albert GILLIQUET (Belgique)

                                                            Vice-président du GAR

 

Chère maman d'Atta
 
Mon fils est décédé la même année que le votre d'un accident de voiture, il conduisait seul ce 11 novembre 1999. Comment cela est-il arrivé ?, à cause de quoi ?, de qui ?... Jamais nous n'aurons la réponse, et puis même, cela changera quoi ? Rien
Le passage obligé pour une vie plus sereine est celui de l'amour et seulement l'amour...
 
Nous pensons à vous et à votre fils qui nous observe.
Sans pardon, il n'y aura pas la paix de l'âme.
 
 
 
Nous vous embrassons
 
Christian et Anne-Marie - Parents d'Olivier (Belgique)


Atta Oloumi pour l'éternité

Milles pensées
Francis le papa de Jean-Sébastien (France)

Dear Lili ,
 
Hi. I know how hard it is to lose someone. We all love you and please know that we all have you and Atta  in our hearts.
Recently, something happened to me that for days I tried to find a logical answer for it. Now I know that the only answer that can justify the event is that there are people in this world who are selfish and only think about their own benefits and what is only good for them. They are greedy and selfish and as a result of their behavior we all suffer. What happened to Atta was the result of the behavior of an individual who was insensitive to other people's safety - drinking and driving.
I always tell to my children that when you want to do something, think about the effects that it might have on other people around you. As a parent I am proud to tell you that they are both sensitive to other people.
 
Dear Lili, the world is a beautiful place because people like Atta  made it beautiful.
We will remember him forever because he was a unique individual who cared about others.
Love you,
Haleh

 

U.S.A

 
Ma chère Lili,
 
A quelques jours de la triste date anniversaire de la disparition d'ATTA, toutes mes pensées vont vers vous, vous que j'aime tant.
Ces dernières années, j'ai gardé le silence parce que votre désarroi me faisait beaucoup de mal... vous que j'ai connue si gaie, si joyeuse, si drôle... vous voir dans cet état de tristesse m'était tout simplement insupportable. De plus elle me replongeait dans les pires moments de ma vie: ça me renvoyait à ma propre histoire," l'accident mortel de mon frère et mon père " à l'image de ma mère dans les pires moments de sa vie, que je n'avais que 9 ans!
Ca ne justifie pas mon absence à vos côtés mais ça peut peut être l'expliquer.
Mais le fait est que vous me manquez et que Atta me manque aussi énormément. Tous les deux vous êtes et resterez à jamais de ma famille.
 
Croyez le ou non, mais il n'y a pas un jour où je ne pense pas à vous et il n'y a pas un jour où je ne culpabilise pas de vous avoir ainsi abandonnée à votre triste sort. Si Atta me voyait, il me renierait !
 
Alors que vous, dans mes moments difficiles, vous avez toujours été là pour me faire voir autre chose, pour m'emmener manger des glaces, m'amener chez vous pour le week-end, me faire mes plats préférés, me préparer mes desserts préférés ... ça ne s'oublie pas.
 
Mon attitude a été très égoïste et je vous demande de bien vouloir m'excuser... Mais c'était un peu par besoin de survie.
 Vous voyez, après avoir passé des années à évoluer dans une atmosphère de mort, de deuil..., me revoir replonger là dedans m'était insupportable; il fallait que j'en sorte... alors j'ai préféré  - lâchement - m'éclipser.
 
Et vous, vous avez respecté cette distance... vous ne m'avez pas appelé, vous ne m'avez plus donné signe de vie... très certainement pour me préserver... .
 
Aujourd'hui, j'aimerai venir vous voir, voir comment vous allez, comment vous vous en sortez (si toutefois)... . Mon plus grand espoir est que vous ayez retrouvé une certaine sérénité et que sans oublier la disparition brutale et injuste d'ATTA, vous ayez pu reprendre le cours de la vie. On ne se remet pas de la perte d'un enfant, mais on peut apprendre à vivre avec bon an mal an... . Qu'en est-il pour vous?
 
Je vous aime beaucoup Ma chère LILI et vous me manquez énormément.
Prenez bien soin de vous.
A bientôt.
 
Pouya AMIRI
Avocat au barreau de Paris
66 avenue Kléber - 75116 Paris
 

Chère Lili

En ce 26 novembre je voudrais te dire que je suis de tout coeur avec toi. Je comprends et partage sa souffrance. Une partie de nous s'en est allée et à jamais nous sommes brisée, meurtrie dans notre chair. Je t'envoie un bouquet de courage et de tendresse. Douces pensées pour Atta.

Je t'embrasse et te serre très fort contre  mon coeur de maman comme toi si triste.

Lucienne, maman d'Eddy

Je voudrais aussi, par la même occasion, te remercier pour les fleurs que tu déposes régulièrement à Eddy sur le cimetière virtuel.

Lucienne, maman d'Eddy (Belgique)


Pas un matin sans tristesse. Nous pensons à l'enfant tué par un irresponsable qui continue sa vie sans se regarder dans le miroir. Notre enfant vient nous parler écoutons le,  plaisantons avec lui.  Il est jeune, il aime rire, taquiner sa maman. Un jour nous irons le rejoindre et danser avec lui. Plus jamais nous ne serons les mêmes sur cette terre. 

Courage, je salue Atta. 

La maman de Pierre (Belgique)

Je suis de tout coeur avec les parents d'Atta Oloumi .
Je me pose la question si finalement ,ils serons un jour punis ces criminels
de la route car franchement on n'est  gouvernés par des guignols.
Quand nos enfants serons t-ils considérés?.On demande à nos enfant de
respecter les adultes, mais quand  les adultes respecterons t-ils nos enfants ?
Nous restons nous en temps que parents dans une souffrance que rien ne peut
consoler.
Nous pensons à eux très fort .


Marianne ,Freddy et les enfants

Famille de Kevin (Belgique)


Ma très chère Lili,

 Je me joins à toi , et je continue sans cesse de me 
souvenir de l'amusante et unique personne qu'il était et je garderai 
toujours une place de choix pour ATTA dans mon esprit et mon cœur. 
 Merci de me faire savoir si je peux t'être d'une quelconque aide
 en ces temps  difficiles.
 Je t'embrasse,
 
Abtine
U.S.A

 

Chère Maman d'Atta,

Je suis de tout coeur avec vous. Je pense très fort à vous en ce jour anniversaire. Ces jours qui nous ravivent tous ces horribles souvenirs, bien que nous y pensions chaque jour.
Je vous embrasse très fort. Douces pensées pour Atta.


Nicole, maman de Véronique, assassinée par un malade. (France)

 

Chère Lili,
 
7 ans plus tard, tu n'as pas trouvé l'apaisement
Nous aimerions t'aider, mais comment faire
Nous vivons la même souffrance que toi
Ta colère, ta haine (justifiée), ta révolte sont toujours bien présents
Quoi de plus normal après le meurtre d'Atta
Et la justice qui n'a pas été rendue comme il le fallait
Nous savons que le monde peut s'écrouler demain
Nous nous en fichons éperdument, plus rien n'existe
Tout est dérisoire dans cette société pourrie par les têtes pensantes
Nous osons croire qu'Atta est près de toi et qu'il t'accompagne
Quoi tu fasses, où que tu sois, où que tu ailles
Que Dieu te donne la force de continuer ton chemin
Si tu ne sais pas le faire pour toi, fais-le pour Atta
Nous vous embrassons amicalement, Atta et toi.
 
Rose-Mary et Arnaldo (parents de Christophe) Belgique
 

Chère Maman,

En pensées, je vous envoie un peu de lumière pour ces jours encore plus difficile.
Votre fils, votre enfant arraché à la vie et une justice aveugle et présente pour pardonner aux coupables comme je vous comprend.

Nous vivons le même calvaire, la souffrance du manque d'eux.
Je vous transmet un peu de chaleur.

Françoise (Maman de Maxence 6 ans pour toujours assassiné par une alcoolique au volant et impunie) de Belgique


2006 11 26

A Madame OLOUMI, la Maman d’Atta

Comme chaque automne, lorsque les arbres perdent leur feuilles jaunies, que ces feuilles mortes virevoltent dans le vent froid, je sais que le 26 novembre approche.

Alors, plus qu’en toute autre période de l’année, me reviennent ces heures tragiques où l’Esprit d’Atta s’en est allé …. où ? … je ne sais pas, mais peut-être un Dieu le sait-il ?

Même si nous n’avions pas suffisamment échangé, partagé de moment de vie, je sais que l’Esprit d’Atta était proche du mien et le mien du sien ; nous avions une éthique de vie commune et un souci partagé de mettre ce que nous pourrions imaginer et créer, au plan scientifique, au service des malades.

Atta était vraiment cet être sage, calme et si incroyablement intelligent. Pour moi qui n’était " que " son ami, son enthousiasme, sa joie de vivre, son opiniâtreté, ses connaissances ….. tout cela me manque beaucoup.

Comment, dès lors, ne pas mesurer l’insondable néant que représente sa disparition pour sa Maman ; cette sorte de " trou noir " affectif explique l’impossibilité de trouver l’apaisement malgré le temps qui passe, inexorablement pourtant.

La douleur est intacte, semblable à celle des jours tragiques …. le temps n’a pas de prise pour apaiser, tant soit peu, une telle blessure.

Alors, puisque pour Vous, le temps s’est arrêté le 26 novembre 1999, sachez que dans mon cœur et ma mémoire, , comme dans celui de ses amis, sans doute, même si le temps s’écoule, l’Esprit d’Atta demeure présent .. et qui sait s’il ne m’inspire pas dans ces moments de recherche et de mise au point de matériel de chirurgie et d’implantologie.

J’aimerais croire suffisamment en un Dieu pour le prier qu’il vous accorde le droit à l’apaisement, à l’image de ce qui m’a été accordé je ne sais par qui … Dieu, le Diable ou le Hasard ? … pour la disparition de mon fils, Charly, vingt mois avant celle de mon Cher Atta.

Dr. Pierre SABIN


 

En hommage à ATTA
 
C' est avec bien du retard  que je vous rends Hommage Atta
Le grand homme que vous étiez , pour moi vous le resterez à jamais
La maman que vous avez vous ressemble  tellement
Après tout ce que je viens de lire , je suis incapable d' écrire
Quoi rajouter ?
Oui les gens vous aiment , Non pour moi vous n' êtes pas mort
Vous êtes là mais invisible à nos yeux remplis de larmes
Le monde dans lequel vous êtes doit vous ressembler à ce qu' on dit
C 'est un monde magnifique, un monde sans haine, un monde d' Amour
Je voudrais vous avoir connu , vous avoir eu pour ami,
Aujourd'hui c' est  a travers votre maman que j' apprends doucement
Que vous étiez  un être d' exception et d' amour pour les autres
Dans ce monde ou les hommes ne fond rien  et ou le mal triomphe
Alors Atta  en attendant un monde meilleurs je vous dit au revoir
 
J' embrasse votre maman de tout mon coeur
Pardonnez moi d' être en retard , mais la machine  à fait ses caprices
 
Geneviève
La maman de Dominique (France)

Chère Lili

 Avec un peu de retard, je me permet de vous envoyer ce petit message et sachez que je suis de tout coeur avec vous... Il n' y a pas un jour qui se passe sans que nous pensions à notre enfant, moi-même ayant perdu mon fils unique.

 
BONHEUR EN SUSPENS
 
Mon enfant, mon fils, que de journées passées à t' attendre
Alors que dans mon coeur, tu es toujours présent
Sentiment de mélancolie qui m' envahit
dès que je pense à toi,
éternelle joie quand je te vois dans mes rêves,
Le temps passe et loin de toi,je ne peux que pleurer
Au travers de l' usure de mes souvenirs.
Mon souffle s' est coupé quand j' ai compris que
J' avais perdu l' être le plus important,
Comment réaliser qu' il est temps de me réveiller
Et de te laisser t 'en aller loin de ma douleur
Mais te garder près de mon coeur.
Je sais que je te retrouverai, je ne serai plus
Perdue, alors je t' attends encore et toujours,
Et ainsi passe ma vie.
 
 
Patricia (maman de Grégory)
  Belgique

En vous remerciant de votre solidarité, je vous souhaite un trajet lumineux à vous et votre famille,
qu’il ne ressemble pas à un désert . Mais empreinte de douceur et d’espoir .
Tout en vous expriment ma profonde et sincère reconnaissance pour votre soutien .
Merci, à toi Cécile, merci, du fond de moi.
A ta propre image tu as rendu cet hommage.
Merci pour ce moment de partage .
Quand le temps est à l'orage…

PS.

Oui je suis une Rebelle, Inconciliable, Intolérante, Révoltée . Les gens cyniques sont des gens qui souffrent plus que les autres, dans une amazone solitaire, et Un seul être remplissait leurs  cœurs, à moins, tout simplement qu’ils soient plus conscients de leurs malheurs , et ne s’en remettent pas !
 
Au niveau des mots, pardonner le mal, c’est le tolérer ; le tolérer , c’est l’accepter ; l’accepter, c’est l’approuver. Alors, Le pardon c’est l’oubli de l’horreur !
On ne peut pardonner à quelqu’un qui n’éprouve aucun remords à son tort. Reconnaître son tort est la première des conditions pour l’obtention du pardon.
Ce mot a été arraché de mon dictionnaire, le jour où , le juge, commandité par l'avocat de la compagnie d’assurances,de  la meurtrière de mon enfant ,  m’a condamnée en qualité d’héritière de mon fils, à payer à son assassin les dommage et intérêt pour ses loisirs troublés pendant six semaines
 "Pendant six semaines, après l’accident, elle avait une gêne
 à pratiquer certaines activités de loisirs et plus particulièrement,
 lors de la rotation en créneau ou en jouant au golf ".
 
Cette atrocité est loin d'être enterrée, et pas un trou de mémoire pour oublier !
Non ,Il n’y a pas de prescription, ni dans mon cœur ni dans ma tête.
 
Si l’on  fait  grâce  au  méchant,
    il  n’apprend  pas  la  justice.
     Sur  la  terre  du  bien, il  fait  le  mal….
Dans le désert demeurera le droit, et la justice habitera le verger ;
 la justice produira la paix et le droit une sécurité perpétuelle….

( Isaïe 26,10, 32, 16-17

 

Lili, la maman d'ATTA

miniligne.gif (2197 bytes)miniligne.gif (2197 bytes)miniligne.gif (2197 bytes)

 

REtour au sommaire

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

Commentaires !

miniligne.gif (2197 bytes)miniligne.gif (2197 bytes)
Commentaires !

 

Hit-Parade

 



Webset  by © KissDesign Website